GRIMACER

Prononciation : gri-ma-sé. Le c prend une cédille devant a et o : grimaçant, grimaçons
Nature : v. n.

1Faire une grimace, des grimaces. Cet enfant grimace continuellement.
Qui, bâillant, grimaçaient d'une façon bizarre , RÉGNIER , Sat. XI Fig. et substantivement. Simulation de bons sentiments.
....fausses bigottes Qui tiennent que le grimacer Peut tous les péchés effacer , SCARR. , Virg. VI
2Fig. En termes d'arts, il se dit d'une expression outrée.
Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures, Il [Molière] n'eût point fait souvent grimacer ses figures , BOILEAU , Art p. III
Ne fais plus grimacer tes odieux portraits , VOLT. , Disc. 3
Le Laocoon souffre, il ne grimace pas ; cependant la douleur cruelle serpente depuis l'extrémité de son orteil jusqu'au sommet de sa tête , DIDEROT , Essai sur la peint. ch. 4
Tout ce qui fait grimacer la nature de l'homme me semble peu digne d'estime , CHATEAUBR. , Itinér. 3e part.
3Fig. Il se dit des vêtements qui font de mauvais plis. Cet habit grimace. 4Quelques auteurs l'ont employé activement. Débiter en grimaçant.
Qui par les carrefours vont leurs vers grimaçant , RÉGNIER , Sat. II Simuler laidement.
L'on voit à nu toutes les difformités du vice grimaçant la vertu , BUFF. , Morceaux choisis, p. 327
Grimace.