grievement

Prononciation : gri-è-ve-man
Nature : adv.

D'une manière griève ; excessivement.
Il n'est pas à croire que Dieu s'en tienne si grièvement offensé , BOURD. , Serm. 20e dim. après la Pentec. Dominic. t. IV, p. 237
On peut par la seule attention qu'on donne à la médisance, pécher très grièvement , BOURD. , Exhort. faux témoign. rendus contre J. C. t. II, p. 24
Ce scélérat devrait être poursuivi au parlement de Paris et être puni plus grièvement qu'à la cour des aides , VOLT. , Lett. Damilaville, 16 sept. 1766
XIIIe s.
Cil qui l'oroient justicié seroient escommenié griement sans estre absols que par l'apostole [le pape] , BEAUMANOIR , XI, 44
XVIe s.
Les dieux punirent griefvement les iniques voeux d'Oedipus, en les luy octroyant , MONT. , I, 404
Deucalion, estant griefvement courroucé contre les Atheniens, les envoya sommer de lui rendre Daedalus , AMYOT , Thés. 23
Griève, et le suffixe ment ; provenç. greument, greumen, grieumen ; espagn. portug. et ital. gravemente. L'ancien adverbe griement est régulier, étant formé de grié ou grief, terminaison unique pour le masculin et le féminin, comme dans le latin gravis.