GRENER

Prononciation : gre-né. La syllabe gre prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : le blé grène, gr

1V. n. Produire de la graine, rendre beaucoup de grains. Les blés ont bien grené cette année.
Dans les terroirs froids et humides, le basilic, le persil de Macédoine ne grènent pas, ou plutôt grènent si tard, que leur graine ne saurait mûrir , LA QUINTINYE , Jardins, t. I, dans RICHELET
2Faire grener les cocons de vers à soie, laisser la chrysalide se changer en papillon, les papillons sortir et faire des oeufs qu on nomme graine. 3V. a. Réduire en petits grains. Grener du tabac. Convertir en petits grains, en parlant d'une poudre qu'on met préalablement en pâte. Grener la poudre de guerre. Grener le sel, le raffiner pour le réduire en sel blanc. 4Grener une peau, la rendre grenue. 5Se grener, v. réfl. On dit que le sel se grène, quand la superficie des marais se cristallise aux rayons du soleil et prend cette figure à plusieurs angles qu'on nomme grain de sel. XIIe s.
Et li rosier en mai florist et graine , Couci, XI
XIIIe s.
La vie [mondaine] C'est l'arbre qui tost se desfruite ; C'est ly espis qui point ne graine , J. DE MEUNG , Tr. 1234
XVIe s.
Faire grener les papillons sur du papier, n'est le profit de l'oeuvre, parce qu'on n'en peut oster la graine qu'en rasclant avec un cousteau, dont beaucoup s'en casse , O. DE SERRES , 491
Le temps de grener [faire paisson] en bois et forest commence à la sainct Remy et dure jusqu'à la sainct André , Coust. génér. t. I, p. 210
Graine ; provenç. et espagn. granar ; ital. granare.