GRENAT

Prononciation : gre-na ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des gre-na-z éclatan
Nature : s. m.

1Pierre fine, ferrugineuse, plus dure que le quartz hyalin, affectant la forme d'un rhomboïde à douze faces, ayant une couleur d'un rouge de vin penchant tantôt vers le violet, tantôt vers l'orangé et qu'on a comparé au rouge de la grenade, manquant la plupart du temps de transparence. Faux grenat, cristal d'un rouge obscur. 2Sorte de toile damassée. 3Espèce de colibri. 4Dit pour grenade, crevette, voy. GRENADE n° 5. 5Nom donné jadis, dans le commerce des drogues, à l'écorce des citrons étreinte pour en tirer le jus.
Grenas ou citrons étreints, le cent pesant estimé 100 livres , Déclar. du roi, nov. 1640, tarif.
XIVe s.
Y faut [manque] deux perles et huit grenez , DU CANGE , grenatus.
XVe s.
Un grant grenat, taillé en maniere d'une croix double , DE LA BORDE , Émaux, p. 334
XVIe s.
Tu trouveras des lapidaires qui feront de fort belle couleur de ruby et de grenad, de quelque sang de dragon ou autre matiere , PALISSY , 289
Provenç. granat, s. m. et granada, s. f. ; catal. granat ; espagn. granate ; port. granada ; ital. granato ; du lat. granatum (voy. GRENADE), à cause de la couleur de cette pierre. GRENAT. Ajoutez : 6Grenat, substance secondaire impure et fournie par la fabrication de la fuchsine ; ce grenat, jadis sans valeur commerciale, se vend aujourd'hui très cher, E. BOUCHUT Journ. offic. 7 avril 1877, p. 2719, 1re col.