GRAVE

Prononciation : gra-v'. Du temps de Chifflet, Gramm. p. 183, on prononçait grâve
Nature : adj.

1Terme de physique. Qui a un certain poids. Les corps graves. 2Fig. Qui a du poids, du sérieux, de la réserve.
Et certainement, messieurs, je puis dire avec confiance que l'amour de la justice était comme né avec ce grave magistrat, et qu'il croissait avec lui dès l'enfance , BOSSUET , le Tellier.
Toujours libre dans la conversation, toujours grave dans les affaires , BOSSUET , ib.
Une gravité trop étudiée devient comique ....cela ne s'appelle pas être grave, mais en jouer le personnage ; celui qui songe à le devenir ne le sera jamais , LA BRUY. , XII
Il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes : les Français changent de moeurs selon l'âge de leurs rois ; le monarque pourrait même parvenir à rendre la nation grave s'il l'avait entrepris , MONTESQ. , Lett. pers. 99
Il avait choisi un avocat qu'il croyait fort grave et qui n'était que pesant , VOLT. , Lett. d'Argental, 19 juill. 1776
3Il se dit, en ce sens, des manières, des moeurs, des pensées, du style. Des moeurs graves et simples.
Enfin d'un maintien grave et d'une voix altière Polynice tout haut pousse cette prière , ROTR. , Antig. III, 2
La pensée de la mort ne rendit pas sa vieillesse moins tranquille ni moins agréable ; dans la même vivacité, on lui vit faire seulement de plus graves réflexions sur la caducité de son âge , BOSSUET , le Tellier.
L'air décent est nécessaire partout ; mais l'air grave n'est convenable que dans les fonctions d'un ministère important, dans un conseil , VOLT. , Dict. phil. Grave.
Le style grave évite les saillies, les plaisanteries ; s'il s'élève quelquefois au sublime, si, dans l'occasion, il est touchant, il rentre bientôt dans cette sagesse, dans cette simplicité noble qui fait son caractère ; il a de la force, mais peu de hardiesse , VOLT. , ib.
4Qui a de l'influence, du poids, de la considération. Une autorité grave.
Ne puis-je pas dire, pour me servir des paroles fortes du plus grave des historiens [Tacite], qu'elle allait être précipitée dans la gloire ? , BOSSUET , Duch. d'Orl.
Un auteur grave est celui dont les opinions sont suivies dans les matières contentieuses ; on ne le dit pas d'un auteur qui a écrit sur des choses hors de doute ; il serait ridicule d'appeler Euclide, Archimède des auteurs graves , VOLT. , Dict. phil. Grave.
Un homme grave est celui qui s'est concilié de l'autorité, plus par sa sagesse que par son maintien , VOLT. , ib.
5Important, de conséquence.
David.... fait venir son fils et son successeur, et, parmi plusieurs graves avertissements, il lui donne celui-ci très considérable.... , BOSSUET , Sermons, Justice, 2
Et garde-toi de rire en ce grave sujet , BOILEAU , Lutrin, I
Le rôle d'une jolie femme est beaucoup plus grave que l'on ne pense ; il n'y a rien de plus sérieux que ce qui se passe le matin à sa toilette, au milieu de ses domestiques , MONTESQ. , Lett. pers. 110
Vous apportez sans doute à ce grave entretien Un coeur aigri, blessé, bien différent du mien , C. DELAV. , Paria, II, 3
6Qui peut entraîner des conséquences fâcheuses. C'est une affaire grave.
Affaire grave, cas grave, se dit plutôt d'une cause criminelle que d'un procès civil , VOLT. , Dict. phil. Grave.
Ces discussions prirent, dit-on, un caractère plus grave vers la fin de 1811 ; un témoin assure qu'alors le cardinal Fesch, jusque-là étranger à la politique, la mêla à ses controverses religieuses , SÉGUR , Hist. de Nap. II, 3 Dangereux. Blessure, maladie grave.
Maladie grave suppose du danger , VOLT. , Dict. phil. Grave.
7Terme de musique. Il se dit des sons que produisent un petit nombre de vibrations en une seconde, par opposition aux sons aigus qui sont produits par beaucoup de vibrations en ce même intervalle de temps, ces sons étant considérés comme pesants par rapport aux sons aigus. La voix de ce chanteur est assez belle dans les cordes graves.
Le freux est d'une grosseur moyenne entre le corbeau et la corbine ; et il a la voix plus grave que les autres corneilles , BUFF. , Ois. t. v, p. 75
Sa voix [du buffle] est un mugissement épouvantable, d'un ton beaucoup plus fort et plus grave que celui d'un taureau , BUFF. , Morc. choisis, p. 155 Se dit aussi d'un mouvement d'une certaine lenteur. En grammaire, on donne quelquefois à tort le nom de grave à une voyelle dont le son est profond par rapport à une autre dont le son est plus ouvert ; ainsi dans âge, â est grave par rapport à l'a dans sage.
8Terme de grammaire grecque. Accent grave, certaine modification de la voix qui s'opérait quand une syllabe finale d'un mot affecté de l'accent aigu se trouvait placée entre d'autres mots sans interruption du discours. Accent grave, petit signe ainsi figuré (\) qui indique cette modification de la voix. Terme de grammaire française. Accent grave, accent qui est tourné de gauche à droite (\). L'accent grave sert à marquer : 1° un e un peu moins ouvert que l'e pleinement ouvert : il complète ; 2° un e absolument ouvert : accès, succès ; 3° à distinguer certains mots de leurs homonymes, comme la préposition à du verbe il a, l'adverbe où de la conjonction ou, l'adverbe là de l'article la, etc. En ce sens, on dit un a grave, un e grave, un u grave. 9S. m. Terme de physique. Corps pesant.
Newton trouve que la force qui fait tomber les graves sur la surface de la terre s'étend jusqu'à la lune et la retient dans son orbite , BUFF. , Hist. nat. Preuv. th. terre, t. I, p. 189
Les découvertes de Galilée sur la chute des graves , LAPLACE , Expos. V, 15 Nom donné d'abord au poids appelé depuis kilogramme.
10Terme de littérature. Pensée, style grave.
Heureux qui dans ses vers sait d'une voix légère Passer du grave au doux, du plaisant au sévère ! , BOILEAU , Art p. I
Le grave est au sérieux ce que le plaisant est à l'enjoué : il a un degré de plus, et ce degré est considérable , VOLT. , Dict. phil. Grave.
11Terme de musique. Ton grave. Passer de l'aigu au grave et du grave à l'aigu.
Le désordre est dans ses chants [au rossignol], il saute du grave à l'aigu , CHATEAUB. , Génie, I, V, 5
Dans le sens physique, il se met après le substantif : un corps grave. Dans le sens moral il peut précéder le substantif : un grave magistrat, un magistrat grave. GRAVE, GRIEF. Ces deux mots ne sont synonymes que dans des locutions de ce genre : blessure grave, blessure griève. Grief est la forme ancienne dérivée du latin gravis ; grave est la forme moderne de ce même mot latin. Il n'y a donc entre ces deux mots d'autre nuance sinon que grave est plus habituel que grief, frappé d'une certaine désuétude. GRAVE, SÉRIEUX., Un homme grave n'est pas celui qui ne rit jamais ; c'est celui qui ne choque point les bienséances de son état, de son âge et de son caractère. L'homme sérieux est celui qui se livre rarement à des mouvements de vivacité, de plaisanterie, ou bien qui s'occupe en son esprit de choses importantes, méditations ou affaires. XVIe s.
Les maladies, la pauvreté.... sont subjects graves, et qui grevent , MONT. , III, 305
Nul homme grave et judicieux ne peult faire estime de ces choses , MONT. , IV, 7
Ainsi l'a écrit Corneille Tacite, auteur bon et grave des plus et certes croyable , LA BOÉTIE , Serv. volont.
Lat. gravis, pesant ; sanscrit, gurus, pesant. 1. GRAVE. 11Ajoutez : Sorte de morceau de musique.
On doit citer de lui [le violoniste Leclair] un grave en ut mineur, connu sous le nom de Tombeau de Leclair , Journ. offic. 25 oct. 1875, p. 8846, 2e col.
1Terme des pêcheurs de Terre-Neuve. Le rivage où l'on fait sécher les morues au soleil.
Les rivages [de Terre-Neuve] sont divisés en autant de parties qu'il y a de place dans le havre ; c'est ce qu'on appelle grève ou grave ; la grave, défrichée et nettoyée, sert à étendre et à faire sécher le poisson , HAUTEFEUILLE , Code de la pêche maritime, p. 230
2Au plur. Graves, nom donné dans la Gironde à un terrain formé de graviers, de sablon, de sable et d'argile qui couvre les plateaux et les collines. Le même que grève. Grave est le terme employé pour Terre-Neuve dans l'Ordonn. d'août 1681, V, VI, 4. Vin blanc provenant des environs de Grave, dans le Bordelais. 3. GRAVE. - ÉTYM. Ajoutez : Il n'y a pas de localité du nom de Grave dans la Gironde ; et le nom de vin de grave au sens de gravier (voy. GRAVE 2 au Dictionnaire), de terrain caillouteux, etc. désigne les vins de la banlieue, en quelque sorte, de Bordeaux, et principalement du côté du sud, par exemple le cru fameux de Haut-Brion.