GRABEAU

Prononciation : gra-bô
Nature : s. m.

1Terme de pharmacie. Morceau rompu des drogues ; les plus petits fragments des substances ; ceux dont on ne peut tirer parti. Il y avait dans cette fourniture une grande quantité de grabeaux. Grabeaux de girofles rompus, le cent pesant 100 livres, Décl. du roi, nov. 1640, tarif. Particules ligneuses trouvées en mondant le séné avec soin ; douées aussi de propriétés purgatives, elles sont employées pour faire le miel de mercuriale composé et d'autres préparations officinales. 2À Genève, scrutin. Les membres du conseil d'État qui ne sont point sujets au grabeau, n'y assisteront pas, Constitution de 1814, HUMBERT. XVIe s.
Remettons à vostre retour le grabeau et belutement de ces matieres , RABEL. , III, 16
Origine inconnue ; voy. cependant GRABUGE. Grabeau répond à l'ancien verbe grabeler, éplucher, examiner ; on en rapprochera le bas-latin garbellare, passer au crible, et grabotum, ce qui est rejeté du van. C'est par le sens d'examiner que grabeau a pris à Genève le sens de scrutin. GRABEAU. Ajoutez : M. Devic, Diction. étym., remarque que le bas - lat. garbellare, passer au crible, l'esp. garbillar, cribler, garbillo, crible, se rattachent facilement à grabeau, puisque grabeau représente des choses criblées. On ne peut songer au lat. cribrum, à cause de la voyelle. Mais l'arabe gharbal ( le a de la terminaison est long), gharbil, crible, a fourni à l'espagnol la voyelle a ; et c'est par cet intermédiaire que notre mot s'est formé.