GOURDE

Prononciation : gour-d'
Nature : adj.

Piastre gourde, et, substantivement, une gourde, monnaie d'argent. Espagn. gordo, gros ; cette piastre étant dite une grosse pièce. C'est le même, avec un sens dérivé, que gourd. Il y avait, dans l'ancienne langue, le mot gourle, signifiant sac, bourse, que M. Reinaud tire du persan goulé, bourse, et qui n'a rien de commun avec gourde. Bosse résultant d'un coup.
Je me suis donné contre la grille une si fière gourde à la main, que je ne peux plus remuer ni pied ni patte de ce doigt-là , BEAUMARCH. , Mar. de Figaro, II, 21
Anc. franç. gourdi, enflé (XVe siècle : Ils ont la pance si gourdie, Que, par force d'estre repletz, Sont prestz de cheoir en maladie, Rec. de farces, p. 351) ; espagn. gordo, gros ; c'est le même que gourde 1. 1Calebasse ou courge séchée et vidée dans laquelle les soldats et les pèlerins portent leur boisson. Avoir sa gourde pleine.
L'eau du saint fleuve [Jourdain] emplit sa gourde voyageuse [de Chateaubriand] , V. HUGO , Odes, I, 9 La gourde vient de la variété gourde de la courge lagénaire (cucurbitacées).
2Par extension, bouteille clissée, d'une forme analogue à celle de la gourde et que l'on emporte quelquefois en voyage. 3Ancien nom vulgaire d'une sorte d'hydrocèle, dite ainsi par assimilation. XIVe s.
Foilles de gourde, racine de fenugrec , LANFRANC , f° 13
Lat. cucurbita (voy. COURGE) ; Berry, guigourde, gougourde, cougourde.
Gourde est une contraction de cougourde qui a été usité jusque dans le XVIIe siècle : Je changeray toutes les choses.... vos coucourdes en des melons , DASSOUCY , le Ravissement de Proserpine, dans FR. MICHEL, Argot