GONDOLE

Prononciation : gon-do-l'
Nature : s. f.

1Petit bateau long et plat, qui va à l'aide d'une rame placée à l'arrière, et qui est fort en usage sur les lagunes et canaux de Venise.
Des gondoles toujours noires, car le système de l'égalité se porte à Venise principalement sur les objets extérieurs, sont conduites par des bateliers vêtus de blanc avec des ceintures roses , STAËL , Corinne, XV, 8
Plusieurs [fruits] furent taillés en nacelle, en gondole ; Sur les champs de Thétis les caprices d'Éole Promènent à leur gré ces fruits navigateurs , DELILLE , les Trois règnes, VI
2Petite nacelle d'aérostat. 3Petit vase à boire long et étroit, sans pied ni anse.
On porta le hanap, la gondole et la tasse , NOUGUIER , Odyssée à la mode, p. 146
....deux aiguières, Et deux gondoles de laiton, De la valeur d'un ducaton , SCARR. , Virg. v.
4Petite soucoupe ovale, pour se laver les yeux, dite aussi bassin oculaire. 5Se dit de certaines voitures publiques. Gondoles parisiennes. 6Terme de ponts et chaussées. Rigole pavée. 7Belle coquille univalve. 8Adj. Chaise gondole, et, substantivement, gondole, chaise dont le dossier affecte une courbure semblable à celle d'une gondole. XVIe s.
Nous appelons gondole un certain vaisseau à boire, de la ressemblance qu'il a avec les petits bateaux passagers dont on se sert à Venise pour passer les canaux , FAUCHÉ , Orig. des cheval. chap. 1
Bourguign. gondôle, vase à boire ; esp. góndola ; ital. gonda, góndola ; d'après Diez, du bas-grec traduit par, vase à boire ; d'après du Cange, du bas-grec signifiant, barque.