GODRONNER

Prononciation : go-dro-né
Nature : v. a.

1Faire des godrons. Godronner de la vaisselle. Godronner du linge. 2Tourner les têtes des épingles sur les moules à l'aide du rouet. 3Faire autour de la tête plate d'une vis de petites entailles empêchant que la vis ne glisse dans les doigts quand on la serre ou desserre. XVe s.
Six hanaps plains, dorez par dedans et goderonnez par dehors ; laquelle goderoneure estoit dorée et blanche , Vente des meubles de J. Coeur, dans J. Coeur, par CLÉMENT, t. II, p. 179
XVIe s.
Il y en a de grandes [citrouilles], de petites, de goderonnées, ressemblantes à citrons et poncires, diversement colorées , O. DE SERRES , 547
La plus grande finesse qui soit en ce monde est aller rondement en besongne, parler son vrai patois et naturel langage, sans le pourfiler et damasquiner, comme font nos refraisez et gaudronnez de ce jour , Contes d'Eutrapel, p. 190, dans LACURNE
Il avoit une fraise empesée et godronnée à gros godrons, au bout de laquelle il y avoit de belle et grande dentelle, les manchettes estoient godronnées de mesme , DE LABORDE , Émaux, p. 322
Heliodorus, ce bon evesque de Tricca, aima mieulx perdre la dignité d'une prélature si venerable que de perdre sa fille [un roman, les Éthiopiques] ; fille qui dure encores bien gentille, mais à l'adventure pourtant un peu trop curieusement et mollement goderonnée pour fille ecclesiastique et sacerdotale , MONT. , II, 89
Godron.