GODRON

Prononciation : go-dron
Nature : s. m.

1Terme d'orfévrerie. Moulure ovale qu'on fait aux bords de la vaisselle d'argent. Vaisselle à gros godrons. Espèce de rayon droit ou tournant, fait à l'échoppe sur le fond d'une bague ou d'un cachet. 2Terme de sculpture et d'architecture. Ornements qu'on taille sur des moulures, les uns fleuronnés, d'autres creusés. 3Plis ronds qu'on fait aux fraises, aux jabots. Fer avec lequel on faisait ces plis. XVe s.
Une nef d'argent, goderonnée, l'un des goderons d'argent et l'autre blancq , DE LABORDE , Émaux, p. 332
XVIe s.
Les yeux [du cheval] gros, grands, noirs et clairs comme miroirs, emboutissant en hors ainsi que goderons , O. DE SERRES , 301
Gauderon de beau langage [langage apprêté] , COTGRAVE ,
Origine inconnue. D'après Génin, Récréat. t. II, p. 93, godron était dans l'ancien français le nom de l'amidon ; sans dire où il a trouvé cette explication. D'ailleurs le godron ou goderon paraît avoir été d'abord une moulure d'orfévrerie. Scheler le tire de goder, où il voit un verbe germanique : goth. valtjan, rouler. Roullin le rattache au latin grunda, gouttière.