GOBER

Prononciation : go-bé
Nature : v. a.

1Terme familier. Avaler sans savourer, sans mâcher.
Le gober en huître à l'écaille , SCARRON , Virg. III Saisir et avaler.
Une grue Qui les croque, qui les tue, Qui les gobe à son plaisir , LA FONT. , Fabl. III, 4
Nous en savons plus d'un, dit-il en les gobant ; C'est tour de vieille guerre.... , LA FONT. , ib. III, 18
L'un jure foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits, peu ni prou , LA FONT. , ib. V, 18
Quoi ! toujours il me manquera Quelqu'un de ce peuple imbécile ! Toujours le loup m'en gobera , LA FONT. , ib. IX, 19
Le brochet gobe assez souvent les oiseaux qui plongent ou frisent en volant la surface de l'eau , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 352
Fig. Gober des mouches, du vent, perdre du temps à niaiser, à attendre. On a laissé cet homme à gober les mouches, se dit de quelqu'un qu'on a laissé longtemps attendre en un lieu. Populairement. Tu la gobes, tu es attrapé, puni, malmené. Fig. Gober le morceau, gober l'hameçon, se laisser facilement tromper.
Mais je ne suis pas homme à gober le morceau , MOL. , Éc. des femmes, II, 1
Tous deux également sont propres à gober les hameçons qu'on leur veut tendre , MOL. , Pourc. II, 3
Fig. Un gobe-affront, un homme qui supporte lâchement les affronts.
Un courtisan, un gobe-affront Aura l'âme assez mercenaire.... , SCARR. , Virg. VII
2Populairement Faire prisonnier quelqu'un que l'on guette. On l'a gobé au sortir de chez lui. 3Fig. Croire légèrement et sottement.
Amusez les rois par des songes.... Ils goberont l'appât, vous serez leur ami , LA FONT. , Fabl. VIII, 14
[Monseigneur] prince incapable de ne pas gober les absurdités les plus grossières et les plus palpables , SAINT-SIMON , 285, 123
Vieux-Port goba aisément ce prestige de noblesse, et crut figurer , SAINT-SIMON , 464, 42
Cette belle lettre parvint à M. le duc de Choiseul, qui d'abord goba cette sottise, mais qui bientôt après me rendit justice , VOLT. , Lett. d'Argental, 16 oct. 1767
4Terme de fauconnerie. Chasser les perdrix avec l'autour et l'épervier. 5Se gober, v. réfl. Être avalé en gobant. L'huître ne se mâche pas, elle se gobe. XVe s.
Au moins, donnez-nous une pesche, Pour faire ung peu gobe quinault , Rec. de farces, etc. p. 302
Le radical gob paraît appartenir au celtique : gaélique, gob, gab, bouche, irl. gob, bouche, bec ; kimry, gwp, bec. Gob dans un patois anglais a le sens de mâchoire et y vient probablement du celtique. L'anglais gob, bouchée, vient du français.