GLOUTONNERIE

Prononciation : glou-to-ne-rie
Nature : s. f.

Vice du glouton.
Il faut remonter jusqu'au vieux Porphyre et aux compatissants pythagoriciens pour trouver quelqu'un qui nous fasse honte de notre sanglante gloutonnerie [habitude de manger des animaux] , VOLT. , Princ. d'action, 15
XIIIe s.
Cil qui sunt norri en outrage et en gloutonnerie , Psautier, f° 70
Glouton, par l'intermédiaire d'un substantif fictif gloutonnier. À part l'exemple cité d'un texte du XIIIe siècle, gloutonnerie ne se trouve nulle part ; c'est toujours gloutonie, bien plus régulier, depuis le XIIIe siècle jusqu'au XVIe ; et il demeure usité dans le XVIIe, où Richelet dit qu'on s'en sert plus que de gloutonnerie. Aujourd'hui il a disparu.