GLISSADE

Prononciation : gli-sa-d'
Nature : s. f.

1Action de glisser. Il fit une glissade et tomba.
Il commençait à se débiter que cet accident était arrivé par un effort qu'il [le duc de Berry] avait fait à la chasse en retenant son cheval qui avait fait une grande glissade , SAINT-SIMON , 356, 194
2Jeu d'enfant qui consiste à se lancer sur une surface de glace qu'on a frayée, et à la parcourir en tenant le corps debout. L'endroit même de la glace ainsi frayée, nommé plus exactement glissoire. 3Fig. Faux pas, manquement dans la conduite.
Rodrigue suit ici son devoir sans rien relâcher de sa passion ; Chimène fait la même chose à son tour, sans laisser ébranler son dessein par la douleur où elle se voit abîmée ; et, si la présence de son amant lui fait faire quelque faux pas, c'est une glissade dont elle se relève à l'heure même , CORN. , Cid, Exam. Faire une glissade, se dit d'une femme qui se laisse séduire.
4Terme de danse. Nom d'une espèce de coupé, qui ne se fait que pour aller de côté et sur la même ligne, soit à droite ou à gauche. 5Mouvement de la pique en avant ou en arrière. Glisser ; picard, glinchade. GLISSADE. Ajoutez : 6Glissade de terre, mouvement par lequel un terrain glisse et se déplace.
Dans le Valais et sur les coteaux plantés de vignes, il s'est produit des glissades de terre qui ont emporté les souches et les ceps , Journ. offic. 24 mars 1876, p. 2067, 1re col.