GLANE

Prononciation : gla-n'
Nature : s. f.

1Poignée d'épis ramassés dans les champs après l'enlèvement des gerbes. Une grosse glane. Droit de glaner dans un champ. Fig. Il y a encore champ, beau champ, pour faire glane, il reste encore pour les autres assez de travail ou de profit à faire dans une affaire, dans une science, etc. 2Par extension, poires groupées en bouquet sur une branche. 3Glane ou torche, nom donné à un petit faisceau de brins de paille liés ensemble ou tordus pour servir de soutien à quelque chose, LEGOARANT Glane d'oignons, plusieurs oignons attachés à une glane de paille.
Au-dessous, une espèce d'armoire ; à côté de l'armoire, une glane d'oignons suspendue , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuv. t. XIII, p. 198, dans POUGENS
XIIIe s.
Sire Ysengrin, dont ne sez-tu Com il nos est bien avenu ? Ce est Renart, Belins et l'Asne, Ces avons-nos en nostre glane [puissance], Or te pues vengier de ton pié , Ren. 13324
XIVe s.
Icelle Mabile avoit emblé et fait ses glennes en temps d'aoust , DU CANGE , glana.
XVe s.
Ainsi que le suppliant batoit un peu de glaines ou gerbes de blé , DU CANGE , glana.
Voy. GLANER ; norm. lianne ; Berry, glene ; génev. glenne.