GLAND

Prononciation : glan ; le d ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les glan-z et les chênes
Nature : s. m.

1Le fruit que porte le chêne.
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme ; Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit , LA FONT. , Fabl. IX, 4
Malgré le vilain assaisonnement de tout ce régal, je ne laissai pas de manger des deux côtés à la fois, comme les cochons mangent les glands , LESAGE , Guzm. d'Alfar. I, 5
Je goûte une secrète satisfaction à contempler dans un gland le germe d'où naîtra dans quelques siècles le chêne majestueux à l'ombre duquel les oiseaux de l'air et les bêtes des champs iront se réjouir , BONNET , Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 207, dans POUGENS.
Tourmente donc la terre, appelle donc la pluie, Chasse l'avide oiseau, détruis l'ombre ennemie ; Ou bientôt, affamé près d'un riche voisin, Retourne au gland des bois pour assouvir ta faim , DELILLE , Géorg. I
Le Russe.... Las de pain noir et de gland Veut manger notre pain blanc , BÉRANG. , Gaulois.
Et cette force qui renferme Dans un gland le germe du germe D'êtres sans nombres et sans fin , LAMART. , Harm. II, 9
Le vent chasse loin des campagnes Le gland tombé des rameaux verts , V. HUGO , Odes, I, 1 Gland doux, noms du fruit comestible de plusieurs espèces de chênes. Terme de botanique. Fruit qui a les caractères du fruit du chêne, uniloculaire, indéhiscent, dont le péricarpe, uni à la graine, présente toujours à son sommet les dents fort petites du calice, et est renfermé en partie ou en totalité dans une sorte d'involucre écailleux ou foliacé.
2La nourriture supposée des premiers hommes.
Il [J. J. Rousseau] veut réduire au gland l'Académie entière : Renoncez aux cités, venez au fond des bois, Mortels, vivez contents sans secours et sans lois , VOLT. , les Deux siècles.
Quelque opinion que l'on embrasse touchant l'origine des sociétés, il est certain que, chez les peuples de l'Italie et de la Grèce, on trouve établie la croyance à un état primitif, dans lequel les hommes sans loi, sans propriété, sans établissement fixe, errent dans les bois, et, ne sachant pas encore cultiver le blé, se nourrissent de glands , AMPÈRE , Hist. rom. à Rome, t. I, p. 76 Fig.
Le siècle du gland est passé, vous donnerez du pain aux hommes ; quelques superstitieux regretteront encore le gland qui leur convient si bien, et le reste de la nation sera nourri par vous , VOLT. , Lett. la Chalotais, 3 nov. 1762
3Gland de terre, gland terrestre, la gesse tubéreuse (lathyrus tuberosus).
Par l'expression gland de terre, on désigne encore le carum bulbocastanum, dit aussi terre-noix , LEGOARANT ,
4
Gland de mer, nom vulgaire des différentes espèces du genre balane et principalement du balane clochette, dit aussi tulipe turban et tulipe épanouie , LEGOARANT ,
Palissy a cru que les mines calcaires de Touraine étaient des mines de gland de mer , VOLT. , Colim. 3
5Nom de morceaux de métal ou de bois taillés en forme de glands, et, par extension, de petites houppes de laine, de fil ou de soie qui terminent des cordons. Des glands de rideaux, de bourse. Gland de fil d'or.
Il le vit s'échauffer et se mettre en action, jusque-là que, s'adressant à lui, il le prit et le retint tout un temps par ses glands, comme on fait sans y penser quand on veut parler fortement à quelqu'un, et le convaincre de quelque chose , PELLISSON , Hist. de l'Acad. t. I, p. 119, dans POUGENS
Quand les glands et les noeuds seront posés, cela sera véritablement charmant , GENLIS , Th. d'éduc. la March. de modes, sc. 3
6Terme d'anatomie. L'extrémité de la verge et celle du clitoris. 7Espèce de tenaille de bois à l'usage du fabricant de peignes. XIIIe s.
Il coilloient es bois les glandes Por pain, por char et por poissons , la Rose, 8404
XVe s.
Et vivoit de glans et de pommes sauvages et avoit le goust et l'appetit d'un pourcel , FROISS. , III, IV, 29
XVIe s.
Reduire le prepuce qui seroit renversé au-dessus du glan , PARÉ , Introd. 2
Génev. aglan ; Berry, lland, aillant ; norm. lian (à Saint-Lo, lion) ; Maine, guian ; provenç. glan, glant, aglan ; catal. agla ; ital. ghianda ; du latin glandem. Comp. le sanscrit galana, qui tombe, de gal, tomber.