GINDRE

Prononciation : jin-dr'
Nature : s. m.

Premier ouvrier d'une boulangerie, celui qui pétrit le pain. XIIIe s.
Tous les talemeliers [boulangers] et les mestres vallès que l'on apele joindres , Livre des mét. 7
XVe s.
Item que tous musniers et leurs gendres se paieront doresenavant de leurs moultures et salaires en deniers contens , DU CANGE , junior.
Ménage a dit que gindre dérivait du latin gener, gendre, parce que ces ouvriers devenaient souvent les gendres de leurs maîtres ; d'autres ont dit que gindre dérivait de geindre, parce que le mitron geint en pétrissant. Ce sont des erreurs ; il vient de junior, étymologie depuis longtemps indiquée par du Cange, et signifie proprement jeune garçon. Júnior avec l'accent sur ju a donné régulièrement gindre, joindre, genvre, etc. ; on trouve dans les vieux textes juindre pour plus jeune ; gindre est donc le nominatif ; juniórem aurait donné au régime jegnor ; comparez mieudre et meillor.