GHILDE

Prononciation : ghil-d'
Nature : s. f.

Nom, dans le moyen âge, d'associations, de confréries. Compagnie urbaine et homme qui en faisait partie ; infanterie, fantassin. XIIe s.
Ses baruns [Rou] apela, sis [si les] fist tuz arester : Detries nus vei [sic], ne sai quels genz haster ; Ne sai se par bataille nus volent desturber ; Nostre gelde e nos humes faites avant aler , WACE , Rou, V. 770
Prist de ses chevaliers mil e set cenz e vint milie de gelde , Rois, p. 147
Car chevaliers et citaains, Comunes, geudes et vilains M'i unt fait tele envaïe , BENOIT , Chron. de Norm. t. I, p. 535, V. 13145
XIIIe s.
Touz tel qui ont leur gilde et à ycelle appartiennent , DU CANGE , gilda.
XIVe s.
Et ne puet nuls ne nulle faire boulengherie, s'il n'est en le [la] gheude ; et ne puet nuls entrer en le [la] gheude pour faire le mestier, s'il n'a esté varlez , DU CANGE , ghilda.
Provenç. gelda ; ital. geldra, racaille ; du bas-lat. gilda, ghilda, du germanique : anglo-sax. gild, confrérie.