GERFAUT

Prononciation : jèr-fô ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : les jèr-fô-z et les
Nature : s. m.

Oiseau de proie du genre faucon (hierofalco, nom latin de ce genre).
Le gerfaut est fier et hardi, et celui des oiseaux de rapine qui, après l'aigle, a le plus de force , BELON , liv. II, dans RICHELET
Le gerfaut, tant par sa figure que par le naturel, doit être regardé comme le premier de tous les oiseaux de la fauconnerie , BUFF. , Ois. t. I, p. 339, dans POUGENS
XIIIe s.
La quinte lignie [des faucons] est girfalc, qui sormonte touz oisiaus de son grant , BRUN. LATINI , Trésor, p. 203
Plus [il] desire bataille que deduit ne gerfaus , Ch. d'Ant. VIII, 392
XVe s.
Le chevalier respondit que l'amorat prendroit grand plaisance à voir blancs faucons qui sont nommés gerfaux , FROISS. , III, IV, 54
XVIe s.
Comme un gerfaut qui de roideur se laisse Caler à bas, ouvrant la nue espaisse, Dessus un cygne amusé sur le bord , RONS. , 620
Bas-lat. gyrofalco, girfalco, grifalco ; anc. cat. girfalc ; esp. gerifalco ; portug. girafalte ; ital. girfalco. On l'a fait venir de hiero, du grec, sacré : faucon sacré, grand, puissant (hiero se changeant quelquefois en jer, comme dans jerarchia, pour hierarchia). On l'a fait aussi venir de gyrare, tourner. Mais l'étymologie est dans l'allemand Geierfalk, de Geier, vautour, et Falke, faucon (voy. FAUCON) ; quant à Geier, il représente l'anc. hautallemand gîri, vorace. GERFAUT. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Ung gerfault [crochet à l'usage des baliseurs] pour prendre les boys en l'eau , MANTELLIER , Glossaire, Paris, 1869, p. 25