GERCER

Prononciation : jèr-cé. Le c prend une cédille devant a et o : gerçant, gerçons

1V. a. Causer de petites crevasses à la peau.
Gercer les lèvres, le visage Mon front hâlé, mes doigts qu'a gercés la froidure D'un jeune montagnard me donnent la figure , LAMART. , Joc. v, 174 Par extension. Les chaleurs ont gercé la terre.
2V. n. Devenir gercé. Les lèvres gercent au grand froid. 3Se gercer, v. réfl. Être gercé, avoir des gerçures. Les lèvres se gercent à la grande gelée.
L'enduit qui est exposé à l'air, se séchant plus tôt que le dedans du mur, se gerce , Vitruve abrégé, I, 2, dans RICHELET
L'on observe qu'à mesure que ce charbon s'embrase, il se gerce et se fend en plusieurs sens , BUFF. , Min. t. VIII, p. 158, dans POUGENS
Le pédicule souffre une altération analogue : il noircit et se gerce çà et là, mais surtout aux endroits où il est le plus tourmenté , BONNET , Us. feuil. plant. 2e mém.
XVIe s.
Ce vent de mars vous garschera les levres , PALSGR. , P. 434
Le blé meurdri de la froidure Et blesme des jarçans frimas, Maintenant n'a plus le chef bas, Mais touffu reprend sa verdure , R. BELLEAU , Bergerie, t. I, p. 106, dans LACURNE
Bas-lat. gersa, gerce, garsa, scarification, charaxare, garser, vieux mot signifiant scarifier ; de caracter, scarificateur, qui est le grec signifiant tracer des lignes (voy. CARACTÈRE). Diez indique une forme non latine carptiare ; mais garsa, scarification, sert d'intermédiaire entre jarser, gercer, et caraxare.