GENTIL

Prononciation : jan-ti ; l'l ne se prononce jamais ; au pluriel, l's se lie : les jan-ti-z et leur apôtre
Nature : s. m.

Il se dit des anciens polythéistes, par opposition aux Juifs et aux Chrétiens. C'était un gentil.
Nous avons été baptisés dans le même esprit, pour n'être tous ensemble qu'un même corps, soit juifs ou gentils, soit esclaves ou libres , SACI , Bible, St Paul, 1re épît. aux Corinth. XII, 13
Voyez ces serpents, voyez ces reptiles et ces autres animaux immondes, qui vous sont présentés du ciel ; c'est les gentils, peuple immonde, et peuple qui n'est pas peuple , BOSSUET , Serm. vérité de l'Église, 1
En cette promesse était enfermée la venue du Messie tant de fois prédit à nos pères, mais toujours prédit comme celui qui devait être le sauveur de tous les gentils et de tous les peuples du monde , BOSSUET , Hist. II, 2
Il [saint Pierre] en avait déjà pris le gouvernement [de l'Église], quand saint Paul lui dit en face qu'il ne marchait pas droitement selon l'Évangile, parce qu'en s'éloignant trop des gentils convertis, il mettait quelque espèce de division dans l'Église , BOSSUET , Sermons, Unité de l'Église, 1
C'était un gentil, mais tout gentil qu'il était, il avait de la religion , BOURD. , 4e dim. apr. la Pentec. Dominic. t. II, p. 417
Les Israélites ne s'éloignaient pas également de toutes sortes d'étrangers, quoiqu'ils les comprissent tous sous le nom de goïm ou gentils , FLEURY , Moeurs des Israél titre XIII, 2e partie, p. 149, dans POUGENS. L'Apôtre des gentils, saint Paul. On dit de même : le docteur des gentils.
La figure de ce monde passe, poursuivait le docteur des gentils , BOURD. , 2e dim. après l'Épiphanie, Dominic. t. I, p. 106
Adj. Né d'un père gentil et d'une mère chrétienne.
L'Académie ne donne gentil que comme masculin, soit substantif, soit adjectif. Mais rien n'empêche de dire, substantivement, une gentile, et, adjectivement, une mère gentile. GENTILS, PAÏENS. Païens est plus compréhensif que gentils. Païens se dit non-seulement des païens de Rome, de la Grèce, de l'Égypte et en un mot des anciens païens, il se dit aussi des peuples qui encore aujourd'hui appartiennent au polythéisme ; au lieu que gentils ne se dit que des païens contemporains des apôtres et des premiers siècles du christianisme. XVIe s.
Resource des petis, Lumiere des gentils, Et d'Israel la gloire , MAROT , IV, 340
Lat. gentilis, de gens, nation (voy. GENT 1). Les juifs disaient les nations, en grec, pour signifier les peuples étrangers à leur culte ; à leur imitation les chrétiens latins ont appelé gentiles ceux qui n'appartenaient pas à la religion chrétienne.