GEINDRE

Prononciation : jin-dr'
Nature : v. n.

Terme familier. Même sens que gémir, mais avec l'idée de blâmer celui qui geint, ou de se moquer de lui. Dans l'état de malaise où je suis, je geins sans pouvoir m'en empêcher.
C'est un beau, gros, court, jeune vieillard, gris pommelé, rusé, rasé, blasé, qui guette, et furette, et gronde, et geint tout à la fois , BEAUMARCHAIS , Barb. de Sév. I, 4
Toute la nuit elle n'a fait que geindre et sangloter , GENLIS , Théâtre d'éd. la Lingère, I, 5
XIIIe s.
Et Renart prent à soupirer, Et à gembre moult durement , Ren. 4469
Mès ne li vaut mie une pome, Que Ysengrin le fiert et maille, Et dant Renart gient et baaille , ib. 15052
XVIe s.
Il gehaignoyt comme ung asne qu'on sangle trop fort , RAB. , Pant. II, 13
Lat. Gemere ( le 2nd e prend un accent bref), qui, ayant l'accent sur ge, a donné régulièrement geindre ou gembre ; gémir vient d'une forme barbare gemire ( i avec un accent long). Suivant Curtius, gemere se rattache au grec signifiant, être plein, à cause du sentiment de gonflement qui accompagne le gémisrement et le sanglot.