GAZOUILLEMENT

Prononciation : ga-zou-lle-man, ll mouillées, et non ga-zou-ye-man
Nature : s. m.

1Petit bruit agréable que font les oiseaux en chantant.
On entendait le gazouillement des oiseaux , FÉN. , Tél. II
Elles [les litornes] ont plutôt un gazouillement qu'un chant , BUFF. , Ois. t. v. p. 370, dans POUGENS Boursault l'a dit du chant du rossignol ; mais le terme ne paraît pas exact : Un rossignol inquiet et volage, Dont le gazouillement était touchant et beau, Voulut en apprendre un nouveau, Fables d'Ésope, I, 6.
2Par extension, le murmure d'une eau courante.
Je faisais ces méditations dans la plus belle saison de l'année, au mois de juin, sous des ombrages frais, au chant du rossignol, au gazouillement des ruisseaux , J. J. ROUSS. , Confess. IX
Ainsi dans un désert le brûlant voyageur, Au seul gazouillement d'une onde désirée, Retrouve la moitié de sa force égarée , GILB. , Mort d'Ab. ch. VIII
3La conversation, le chuchotement de petites filles. XVIe s.
Les oyes de Sicile usent d'une fort bonne grace, pour se garder de se descouvrir par leur gazouillement , PARÉ , Animaux, 16
Gazouiller. On disait aussi gazouil au XVIe siècle.