GAUSSEUR, EUSE

Prononciation : gô-seur, seû-z'
Nature : s. m. et f.

Celui, celle qui se gausse des autres.
Ce gros Brissac était un gausseur et un homme d'esprit, de manége et de bonne chère , SAINT-SIMON , 264, 40 Adj.
Margot, morbleu, Est par trop joyeuse, Elle est jaseuse, Gausseuse , VADÉ , Troqueurs, 2
Voltaire a écrit gosseuse : Sa Sainteté est un peu gosseuse ; elle a dit : le cardinal Quirini quête des louanges, il a attrapé celles qu'il lui faut, Lett. Mme Denis, 9 juin 1752. Le fait est que, dans les colléges de Paris où ce mot est fort en usage, on dit gosse, gosser, gosseur. XVIe s.
Hieron, qui, après Gelon, occupa Siracuse, cerchoit tous hommes libres, volontaires et gosseurs , NOËL DU FAIL , Contes d'Eutrapel, ch. 33
Gausser. GAUSSEUR. Ajoutez :
Tout beau, gausseur, Ne t'imagine point de contraindre une soeur , CORN. , Mél. variantes.