GAUDE

Prononciation : gô-d'
Nature : s. f.

Terme de botanique. Espèce de réséda croissant naturellement dans les lieux incultes, employée pour la teinture en jaune, reseda luteola, L. (résédacées). XIIIe s.
Semence de guarence ne de gaude ne doit noiant , Liv. des mét. 292
XVIe s.
Le gaude ou genest d'Espaigne croit naturellement en ces païs-là, d'où, comme de sa propre terre, il emporte son nom , O. DE SERRES , 736
Allem. Waude, Wau, gaude. Bouillie faite avec de la farine de maïs. Gaude 1, en raison de la couleur jaunâtre de cette farine. Prière qu'on dit à l'église. Cette vieille est toujours une heure après les autres pour dire ses gaudés, Trévoux.
D'abord l'oiseau, comme il n'était pas bête, Vit qu'il devait oublier pour toujours Tous les gaudés qui farcissaient sa tête , GRESSET , Ver-Vert, III
XVIe s.
Gaude et Gaudez (prayers beginning with a gaudete, prières commençant par un gaudete) , COTGRAVE ,
Impératif du verbe latin gaudere : réjouis-toi (voy. JOUIR), mot commençant plusieurs prières.