GARNEMENT

Prononciation : gar-ne-man. Ménage recommande de ne pas prononcer garniment, prononciation qui est la prononciation
Nature : s. m.

Mauvais sujet, libertin, vaurien.
Mais hélas ! toute mon offense Est d'avoir avec violence Aimé ce mauvais garnement , SCARRON , Virg. IV
Le peuple des souris croît que c'est châtiment.... Enfin qu'on a pendu le mauvais garnement , LA FONT. , Fabl. III, 18
Et j'ai prédit cent fois à mon fils votre père, Que vous preniez tout l'air d'un méchant garnement , MOL. , Tart. I, 1
On ne savait ce qu'était devenu le chevalier de la Ferté, qui était un étrange garnement , SAINT-SIMON , 119, 57
Que cet objet charmant Soit préservé d'un pareil garnement ! , VOLT. , l'Enf. pr. I, 1
M. de Louvois avait reçu une lettre de l'interrogant bailli, qui dépeignait l'ingénu comme un garnement qui voulait brûler les couvents et enlever les filles , VOLT. , Ingénu, 9
Cette femme et Birton et les garnements de son cortége , VOLT. , Jenni, 6
Oh, le petit garnement ! aussi leste que joli , BEAUMARCHAIS , Mar. de Figaro, II, 15
XIe s.
Franceis i perdent lor meillurs guarnemenz [défenses, défenseurs] , Ch. de Rol. CIX
XIIe s.
Bien le conuit Rolant li niés [neveu] Charlon As garnimens qu'il ot et au dragon , Ronc. p. 47
Bele robe et biau garnement Amendent les gens durement , la Rose, 2153
XIVe s.
Il vous renvoiera, ce dist, l'equipollent, Se vous à lui donnez respit tant seulement, Qu'il puist entrer en Rennes bien et paisiblement, Ou vous gardez de lui et toute vostre gent. Dist li ducs de Lencloistre : par le mien serrement, Ja trieves ne donrai à itel garniment , Guesclin. 1174
[Saint Paul] à tuer saint Estienne gardoit les vestemens ; Lors avoit à nom Saules li malvais garnemens , Girart de Ross. v. 5897
XVe s.
Et estoit leur capitaine [aux paysans anglais revoltés] un mauvais garnement qui s'appeloit Listier , FROISS. , II, II, 114
Alors tu es bons garnemens , la Nativ. de N. S. J. C. f° 261
Chascun me dit : tu es lais garnemens ; Gros visage as, tu es noirs et hallez , E. DESC. , Poésies mss. f° 209
XVIe s.
.... Dont plusieurs faulx garnemens, Ignorans tels ferremens, Furent renversez par terre , J. MAROT , V, 299
....Pour depescher le pays de ce mechant garnement de renard , DESPER. , Contes, XXX
Provenç. garnimen ; catal. guarniment : anc. espagn. guarnimiento ; ital. garnimento. On suit sans peine la transformation des sens : d'abord ce qui garnit, ornement, armure, vêtement ; puis ce qui défend, défenseur ; de là, appliqué à une personne, bon garnement, mauvais garnement, et enfin, le mot se spécialisant tout à fait et perdant son sens favorable, mauvais sujet.