GARANCE

Prononciation : ga-ran-s'
Nature : s. f.

1Terme de botanique. Plante de la famille des rubiacées, rubia tinctorum, L. cultivée à cause de ses racines, qui, desséchées et pulvérisées, fournissent une belle teinte rouge. En France, les pantalons de la troupe sont teints en garance. Il y a des garances que les étrangers nous vendent sous le nom de billon de garance, qui bien souvent n'est autre chose que de la terre rougeâtre mêlée avec quelque poussière de la garance, ou de la grappe de celle qui a été déjà employée dans leur pays, Instr. génér. pour la teinture, 18 mars 1671, art. 298.
Il avait appris par une lettre de Hans Sloane, président de la société de Londres, que les os des jeunes animaux nourris avec de la garance se coloraient en rouge , CONDORCET , Duhamel. Garance robée, celle dont on a ôté la première écorce et le coeur.
2La couleur rouge qu'on tire de cette plante. Une étoffe teinte en garance. 3Adjectif invariable. Draps garance, draps teints en garance. Une veste garance. Le rouge garance. XIIIe s.
Boire caniele et warance en vin , ALEBRANT , f° 28
Semence de guarence ne de gaude ne doit noiant , Liv. des mét. 292
XIVe s.
Warenche , DU CANGE , warancia
galance , ID. , garantia
XVe s.
Le cheval qui porte warance , DU CANGE , warenchia.
XVIe s.
Rubia tinctorum, aultrement racine d'herbe qui teint en garance , PARÉ , XIII, 30
La garance est en ce fort à admirer, qu'elle teint l'urine à celui qui la tient et la manie entre ses mains ; qui plus est, elle rend la chair et les os rouges des bestes qui en ont esté nourries quelque temps , CH. ESTIENNE et J. LIEBAULT , Maison rustique, éd. de 1598, liv. II, p. 174, dans RICHELET
Origine douteuse. Du Cange dit que varantia a été dit pour verantia, de verus, vrai, à cause de la beauté de cette couleur rouge ; ce qui donne quelque appui à cette conjecture, c'est qu'on trouve dans le bas-latin veranter, véritablement, et verare, vérifier.