GANGRENER

Prononciation : gan-gre-né. Richelet écrit gangréner ; aujourd'hui cet e est muet. La syllabe gre prend un accent gr
Nature : v. a.

1Causer la gangrène. La congélation gangrène les parties qu'elle frappe. Fig.
Voudriez-vous qu'une âme que vous avez gangrenée n'ait jamais que vertu pure et sans tache ? , FÉN. , t. XIX, p. 365
Lorsqu'une fois le fanatisme a gangrené un cerveau, la maladie est presque incurable , VOLT. , Dict. phil. Fanatisme.
2Se gangrener, v. réfl. Se corrompre par la gangrène. Le doigt écrasé se gangrena. XVIe s.
Hormis l'amputation des testicules, s'ils n'estoient gangrenés, et du tout sphacelés , PARÉ , (au lecteur).
Gangrène ; ital. cancrenare.