GALLICAN, ANE

Prononciation : gal-li-kan, ka-n'
Nature : adj.

1Usité dans ces phrases : l'Église gallicane, c'est-à-dire l'Église de France ou en soi, ou considérée dans les particularités qui la distinguent dans l'ensemble de l'Église catholique ; le rite gallican, le rite de l'Église gallicane. Les libertés de l'Église gallicane.
L'Église gallicane a été fondée par le sang d'une infinité de martyrs , BOSSUET , Polit. VII, VI, 14
L'Église gallicane approuve le concile de Constance, qui déclare les conciles généraux supérieurs au pape dans le spirituel , VOLT. , Louis XIV, 35 S. m. Partisan des libertés de l'Église gallicane, du principe de l'indépendance des églises nationales ; il est opposé à ultramontain, celui qui soutient le pouvoir absolu du pape en toute matière. Les gallicans. Cet évêque passe pour gallican.
2Il s'est dit quelquefois par plaisanterie pour Français.
Des fleurs de lis la tige gallicane , VOLT. , Latin gallicanus, dérivé de gallus, gaulois et français. GALLICAN. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
Et affin que chascun qui a congnoissance de la langue gallicane et non point du latin... , Epistre exhortatoire aux epistres, -Nouv. Testam. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525