GALLE

Prononciation : ga-l'
Nature : s. f.

1Terme de botanique. Excroissance produite sur diverses parties des végétaux par les piqûres d'insectes qui y déposent leurs oeufs.
Les galles du chêne sont les plus généralement connues, et il n'est point d'arbre dans nos contrées qui en présente un plus grand nombre d'espèces , BONNET , Observ. 37, Insect. Noix de galle, ou galle du Levant, galle d'un chêne de l'Asie mineure qui sert à teindre en noir et à faire de l'encre, et qui est produite par le cynips gallae tinctoriae. Une teinture passée en galle. ....Et lors, si elle est surchargée de galle, toute la couleur se perdra et ne restera que la couleur que la galle lui aura donnée, qui sera comme feuille morte ou couleur de bois, Règlem. sur les manuf. août 1669, Teinturiers en laine, art. 82. Le noir s'engalle avec de la galle d'Alep ou d'Alexandrie, dite galle à l'épine, Instr. générale pour la teinture des laines, 18 mars 1671, art. 29. Terme de teinturier. Remonter en galle, travailler le rouge des Indes en le faisant passer deux fois par les apprêts huileux et les mordants de galle et d'alun. Galle du rosier, plus connue sous le nom de bédégar ou bédéguar.
2Insecte du genre cochenille. XIVe s.
Pour faire trois pintes d'encre, prenez des galles et de gomme, de chascun deux onces , Ménagier, II, 1
XVIe s.
Noix de cyprès, galles, escorces de grenades , PARÉ , VI, 22
Ital. galla ; du lat. galla, galle. 1. GALLE. Ajoutez : 3Arbre à galles, de l'Inde, l'acacia bambolah, Roxb., BAILLON, Dict. de botanique, p. 247. Terme d'antiquité. Nom des prêtres de Cybèle. Lat. gallus ; en grec, prêtre de Cybèle.