GALBE

Prononciation : gal-b'
Nature : s. m.

1Terme d'architecture. Grâce du contour d'une colonne, d'un vase, du feuillage d'ornement, de la courbure extérieure d'une coupe. On dit rarement : un mauvais galbe. 2Par extension, caractère d'une figure. La régularité du galbe grec. 3Terme de menuiserie. Chantournement que l'on donne à une pièce, sur la face ou sur l'épaisseur du bois. 4Terme de métallurgie. Masse totale d'un haut fourneau. XVIe s.
....Et monstroit à son port quel sang le concevoit, Tant la garbe de prince au visage il avoit , RONS. , 677
....Tous deux de garbe et de courage grans , RONS. , 619
Certes sa conduite [de l'amour] a plus de garbe [d'agrément] quand elle est meslée d'inadvertance et de trouble , MONT. , III, 386
En assez brave equippage ; mais approchant plus de la grossiere mode de la Germanie que du garbe françois , CARLOIX , VI, 6
Il fauldra qu'il nous viennent apprendre nostre garbe à faire une course de droict fil, sans bransler, ny chocquer des genouilleres la barriere , CARLOIX , VII, 24
Ital. garbo, qui est aussi en espagnol et en portugais ; du germanique : anc. haut-allem. garawi, garwî, ornement ; garawan, orner ; allem. mod. gerben ; flamand, gaerwen, préparer, disposer. Dès le temps de H. Estienne (Du nouv. lang. fr. p. 1, 2 et 3) on tend à prononcer galbe et non garbe.