GAILLARDEMENT

Prononciation : ga-llar-de-man, ll mouillées, et non ga-yar-de-man
Nature : adv.

1D'une façon gaillarde.
Destin fut surpris de la voir si gaillardement vêtue , SCARR. , Rom. com. II, 10
2Légèrement, sans façon. Il a fait cela un peu gaillardement.
Aristippe commença à danser et dit gaillardement : On en fait bien d'autres dans les fêtes de Bacchus , FÉN. , Aristippe.
3Avec entrain et courage. Attaquer gaillardement.
Je travaille gaillardement à l'Extrême onction, qui est en vérité un sujet digne d'un Apelle, car il se plaisait fort à représenter des mourants , POUSSIN , Lett. 25 avril 1644
Je le traversai [le cimetière] gaillardement , J. J. ROUSS. , Ém. II
XIe s.
Gaillardement touz [ils] les ont encensez , Ch. de Rol. CCIX
XVe s.
Se loyaulté s'y boute Par advis saigement, Dise gaillardement... , CH. D'ORL. , Rondeau.
XVIe s.
Pour ceste occasion les doit-on manier [les chevaux] gaillardement, et leur donner tantost de la baguette, et tantost avecques la voix rude les tancer et menacer , LANOUE , 104
Gaillarde, et le suffixe ment.