generalissime

Prononciation : jé - né - ra - li - ssi - m'
Nature : s. m.

1Général supérieur, celui qui commande même aux généraux, ou celui qui a l'autorité supérieure sur plusieurs armées. Il était généralissime, et avait sous lui tels ou tels généraux.
Il [le cardinal de Richelieu] a employé son autorité pour faire réussir le plus important de tous [les superlatifs], celui de généralissime, l'indépendant et le tout-puissant généralissime , BALZ. , Socr. chrét. Disc. 10
Il [Charles XII] déclara son beau-frère généralissime de ses armées en Suède , VOLT. , Charles XII, 8
Le duc de Savoie avait le vain titre de généralissime, mais le maréchal de Villeroi l'était , VOLT. , Louis XIV, 18
2Adj. Dans l'ordre de Saint-François, chapitres généralissimes, chapitres composés des députés de tout l'ordre. Terme d'ancienne logique. Genre généralissime, genre très élevé, qui a sous lui beaucoup de sous-genres. On a dit que ce mot avait été inventé par Richelieu qui, selon Balzac, se décora lui-même de ce titre lorsqu'il se mit à la tête des armées françaises envoyées en Italie. Mais il est, avant Richelieu, dans d'Aubigné. XVIe s.
Generalissime des armées chrestienes , D'AUB. , Hist. III, 449

Lat. generalissimus (Et haec generalissima nomina , LOUIS QUICHERAT , Addenda), superlatif de generalis, général.