FRONTISPICE

Prononciation : fron-ti-spi-s'
Nature : s. m.

1La face principale et la plus haute d'un grand édifice. Le frontispice d'un temple. 2Titre d'un livre orné de figures gravées ou imprimées.
De votre nom j'orne le frontispice Des derniers vers que ma muse a polis , LA FONT. , Belph. Gravure que l'on place en regard du titre d'un livre et dont le sujet est analogue au but et à l'esprit de l'ouvrage. Le sujet d'un frontispice.
Il y a de Cochin un frontispice pour l'Encyclopédie , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuvres, t. XIII, p. 362, dans POUGENS.
FRONTISPICE, FAÇADE, FRONTON. Façade est plus général que frontispice ; c'est l'extérieur d'un édifice lorsqu'il se présente au spectateur, tandis que le frontispice est la principale façade d'un grand édifice. Quant au fronton, c'est un ornement placé au haut de la façade. XVIe s.
Tu vas renouvelant d'un hardy frontispice La superbe grandeur des plus vieux monumens , DU BELLAY , VI, 41, recto
Frontispice à grans fleurs de lis, Marché fait , Bibl. des ch. 4e série, t. III, p. 63
Bas-lat. frontispicium, défini par frontis hominis inspectio ; de frons, frontis, front, et spicere, regarder. Ce mot, qui a signifié d'abord examen du front, de la face d'un homme, a pris le sens d'examen du front d'un bâtiment, et, finalement, de front du bâtiment lui-même.