FROISSEMENT

Prononciation : froi-se-man
Nature : s. m.

1Action de froisser ; résultat de cette action. Le froissement d'un membre contre une pierre.
Ses vêtements à demi détachés [de Céluta] faisaient entendre le froissement d'une draperie pesante et mouillée , CHATEAUBR. , Natch. 2e partie, vers la fin. Terme de chirurgie. Froissement des artères, leur compression entre des pinces pour arrêter une hémorragie. Fig.
Il en résulte [du sublime de la Bible] un ébranlement, un froissement incroyable dans l'âme , CHATEAUBR. , Génie, II, VI, 3
2Fig. Choc, lutte. Le froissement des intérêts, des amours-propres. Offense, désagrément. Il a éprouvé des froissements. XVe s.
[Malgré ce] Qu'a en armes chevalier de tourment, Ainçois qu'il puist à grant fais adrecier, Clers de labour, ouvrier de froissement, ....Leur grant travail en la fin po leur vault , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 42, dans LACURNE
XVIe s.
Semblablement, ulcere vient à raison d'un coup ou froissement , PARÉ , XI, 1
Froisser.