frivolite

Prononciation : fri-vo-li-té
Nature : s. f.

1Caractère de celui qui est frivole, de ce qui est frivole.
La frivolité, qui nuit au développement de ses talents et de ses vertus, le préserve en même temps des crimes noirs et réfléchis , DUCLOS , Consid. sur les moeurs, ch. 5
C'est la frivolité de la matière qui a fait tort au livre des Chats [de Moncrif], qui est d'ailleurs plein d'une aimable érudition et écrit avec finesse , Discours du café, dans DESFONTAINES
La frivolité, sous quelque forme qu'elle se présente, ôte à l'attention sa force, à la pensée son originalité, au sentiment sa profondeur , STAËL , Corinne, I, 3
Il y a souvent beaucoup d'égoïsme dans la frivolité , STAËL , ib. III, 3
2Chose frivole. Ne s'occuper que de frivolités.
Si nous n'avons que de ces frivolités à dire, dormons et digérons , DIDER. , Opin. des anc. phil. (Pyrrhon. phil.)
. Un mépris profond de toutes les frivolités qui occupent et dégradent si fort la plus grande partie de la noblesse française , D'ALEMB. , Lett. au roi de Prusse, 27 sept. 1773
3Espèce de petite fleur qu'on fait avec du fil et un petit moule ou une navette sans aiguille ni crochet ; ces petites fleurs réunies forment des cols, des manchettes, etc. Un col en frivolités. Prov. frevoltat, freoltat ; esp. frivolidad ; du lat. frivolitatem, de frivolus, frivole.