FRISSONNER

Prononciation : fri-so-né
Nature : v. n.

1Avoir le frisson. La fièvre va le prendre, il commence à frissonner. Avoir le frisson parce qu'on est exposé au froid.
....Il n'en peut presque plus, Transi de froid, immobile, perclus, Claque des dents, se plaint, tremble et frissonne , LA FONT. , Orais.
2Éprouver un léger tremblement, en parlant des choses. Les feuilles frissonnent. 3Éprouver un frémissement d'émotion.
Mon âme cependant de colère frissonne , RÉGNIER , Sat. X
Mes esprits éperdus frissonnent de terreur , RÉGNIER , Sonn. rel. I
Mais d'un si grand dessein tout mon coeur qui frissonne.... , CORN. , Sertor. IV, 3
Cette pensée me fait frissonner , SÉV. , 395
D'où vient que je frissonne ? , RAC. , Andr. V, 5
D'une secrète horreur je me sens frissonner , RAC. , Iphig. II, 3
J'aime.... à ce nom fatal, je tremble, je frissonne , RAC. , Phèd. I, 3 Éprouver un frémissement de terreur.
Avançons hardiment ; tout le corps me frissonne , CORN. , l'Illus. com. II, 7
Hélas ! sans frissonner quel coeur audacieux Soutiendrait les éclairs qui partaient de vos yeux ? , RAC. , Esth. II, 7
Le récit, quand la nuit est noire, Fait frissonner les assistants , BÉRANG. , Ch. et laitière
Éprouver un frémissement d'admiration.
Ces tirades de Corneille qui font frissonner , SÉV. , 126
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XVe s.
En mon pays suis en terre lointaine ; Lez un brasier friçonne tout ardent , CH. D'ORL. , Ball. 107
XVIe s.
Toute frissonnante et d'une main mal assurée, elle appuya la pointe sur sa blanche poitrine , YVER , p. 542
Mon poil au chef se frissonne et se dresse , RONS. , 156
Nul d'entre nous ne se peult vanter, quelque voyage qu'il face à son souhait, qu'encore, au despartir de sa famille et de ses amis, il ne se sente frissonner le courage , MONT. , I, 269
Frisson ; wallon, fruzi ; namur. frujî.