FRIPONNER

Prononciation : fri-po-né
Nature : v. a.

Escroquer en fripon.
....Oui, tu m'as friponné Mon coeur infriponnable, oeil émerillonné , SCARRON , Don Japhet, II, 1
Qu'est-ce à dire ? ne craignez-vous pas que je vous friponne votre billet ? , DANCOURT , Bourg. à la mode, IV, 9 En parlant de personnes.
Voilà un fripon que je friponnerai sur ma parole , REGNARD , Sérén 10
Il fut tant friponné par les juifs qu'il ne lui resta plus rien que sa petite métairie , VOLT. , Cand. 30
Absolument.
Il [Tencin] avait été poursuivi au parlement de Paris comme simoniaque, et regardé dans le public comme un prêtre incestueux qui friponnait au jeu , VOLT. , Louis XIV, 37
Les fripons qui faisaient sous ce ministre le commerce du blé au préjudice du peuple ne peuvent souffrir un ministre qui ne les laisse pas friponner , D'ALEMB. , Lett au roi de Prusse, 27 mai 1775
XVIe s.
Ils se hastent de souper, puis elle dit : là couchons nous, c'est assez friponné sur la viande morte , Moyen de parv. p. 277, dans LACURNE
Si à dormir la grasse matinée, à fripponer et prendre du bon temps, la science pouvoit croistre en dormant , Contes de CHOLIÈRES, f° 7, dans LACURNE
Si je preste un peu plus attentifvement l'aureille aux livres, depuis que je guette si j'en pourray fripponner quelque chose de quoy esmailler ou estayer le mien.... , MONT. , III, 77
Fripon. Friponner, au XVIe siècle, a généralement le sens de bien manger, ce qui est le sens primitif ; mais dans Montaigne on trouve déjà le sens détourné et moderne.