FRESSURE

Prononciation : frè-su-r'
Nature : s. f.

Terme de boucherie. Les gros viscères qui se tiennent, comme les poumons, le coeur, le foie. Fressure de cochon, de veau. Fig. et très familièrement. Le coeur, le foie où s'excitent les désirs.
Telle censure Ne fut si sûre Qu'elle espérait ; De ma fressure Dame luxure Jà s'emparait , LA FONT. , Poésies mêlées, V
XIIIe s.
Il fist mettre un orfevre en l'eschiele à Cezaire, en braie et en chemise, les boiaus et la fressure d'un porc entour le cou, et à si grant foison que elles li avenoient jusques au nez , JOINV. , 293
XIVe s.
Char de porcelet, en rost ; mès avant les convient eschauder et oster la frusure , Bibl. des chartes, 5e série. t. I, p. 218
Quand vous aurez entendu à vostre pourcel veoir deffaire et fait laver très bien et mis cuire vostre froissure , Ménagier, II, 5
La froisseure, c'est le foie, le mol, le cuer et la la langue , ib.
Génev. fresure, froissure ; du lat. frixura, friture. Scheler le rattache à fraise (fraise de veau, etc.) ; mais la fressure, étant le coeur, le foie, le poumon ensemble, est très différente de la fraise Que frix.... ait pu donner fress.... cela est prouvé par frixorium, qui avait donné fressouoir.