FRAMBOISE

Prononciation : fran-boi-z'
Nature : s. f.

Le fruit du framboisier. XIIe s.
Li dux ne prise une framboise Quant qu'il en dit ne qu'il en noise [fasse du bruit] , BENOÎT , V. 28624
XVIe s.
Laquelle odeur incorporée avec le vin, il s'en rendra delicat et piquant, avec agreable framboise [arome] , O. DE SERRES , 215
Les bons gourmets tastans du bon vin disent qu'il sent la framboise, lorsqu'ils le veulent haut louer, ne s'advisans pas toutefois que, si un vin sentoit sa framboise, il n'y a celuy qui en voulust boire aisément ; par quoy il faut indubitablement dire, d'un bon vin qu'il sent son franc boire, c'est à dire qu'il n'y a aucun vice , PASQUIER , Recherches, p. 753, dans LACURNE
Ardennes, frambâche, frambauche ; Malmédy, frambaihe ; wallon, frombâhe, airelle ; génev. flamboise ; espagn. frambuesa ; pays de Come, fambrosa ; piém. flanboesa ; du hollandais braambezie ; anc. h. allem. brâmberi, fruit de la ronce, de Bram, buisson épineux, ronce, et Beere, baie, avec le changement du b en f, peut-être, comme le dit Diez, sous l'influence de fraise. Au contraire Grandgagnage le tire de l'allemand fram, fram, bon, et Bezie, baie. Mais les formes brambezie et brâmberi, qui sont originelles dans l'idiome germanique, écartent l'étymologie de Grandgagnage.