FOYER

Prononciation : fo-ié ; d'autres disent foi-ié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des fo-ié-z ardents
Nature : s. m.

1Lieu dans les pièces d'une maison où l'on fait le feu. La cendre du foyer.
On écoutait tous ces faits admirables Dans son château près d'un large foyer , VOLT. , Ce qui plaît aux dames.
Que d'idées antiques et touchantes s'attachent à notre seul mot de foyer ! , CHATEAUBR. , Génie, I, II, 2
[À Moscou] aucun Moscovite ne se présente ; aucune fumée du moindre foyer ne s'élève ; on n'entend pas le plus léger bruit sortir de cette immense et populeuse cité , SÉGUR , Hist. de Nap. VIII, 4 Fig et familièrement. Aimer à garder son foyer, aimer à mener une vie retirée et tranquille.
2Par extension, le feu même qui brûle dans le foyer.
Un foyer bienfaisant par ses soins allumé Pénétrait dans mon coeur lentement ranimé , M. J. CHÉN. , Fénelon, II, 3 Fig.
Aimer, sentir, c'est là cette ivresse vantée Qu'aux célestes foyers déroba Prométhée , A. CHÉN. , Ép. I
Par extension, un feu allumé par la nature, un volcan.
Nous ne pouvons douter que la nature n'opère les mêmes effets avec bien plus de puissance dans ces foyers immenses, allumés depuis nombre de siècles , BUFF. , Min. t. III, p. 83, dans POUGENS
3La partie où se met le feu dans certains appareils. Le foyer d'un fourneau. Bas foyer, foyer où, dans l'affinage, la fonte est refondue avec du charbon. Grand foyer, partie du fourneau depuis le ventre jusqu'au foyer. Le vide qui est fait dans un poêle pour y déposer le combustible. Se dit du fourneau d'une pipe. Terme de maréchalerie. Feu allumé sur une forge. Terme de marine. Feu qu'on allume la nuit sur quelque hauteur pour servir de guide aux vaisseaux. 4Par assimilation au feu qui brûle au foyer. Lieu, point d'où la lumière ou la chaleur rayonne. Foyer de lumière.
L'on doit reconnaître deux sortes de chaleur, l'une lumineuse dont le soleil est le foyer immense, et l'autre obscure dont le grand réservoir est le globe terrestre , BUFF. , Hist. min. Introd. 1re part. Oeuv. t. VI, p. 44 Fig.
La foi a son foyer hors de nous , CHATEAUBR. , Génie, I, II, 3
5Fig. Le siége, le centre. Cette ville est le foyer des lumières.
Tellier prit la voie la plus sûre, en représentant au roi cette maison comme le foyer du jansénisme et de l'esprit républicain , DUCLOS , Règne de Louis XIV, Oeuv. t. v, p. 120, dans POUGENS.
6Terme de physiologie. Foyer perceptif, endroit du cerveau où se font les perceptions apportées par certains nerfs. Terme de pathologie. Foyer d'une maladie, le siége principal de cette maladie. Foyer de suppuration, partie dans laquelle une collection purulente se forme. Le foyer d'une maladie contagieuse, le lieu où elle sévit avec le plus d'intensité, et où elle rayonne et se communique. 7Fig. Maison (la partie étant prise pour le tout). Il a apporté le trouble, le déshonneur à mon foyer.
Tout malheureux trouvait asile à leur foyer, Car où l'on vit sans luxe on est hospitalier , M. J. CHÉN. , Gracques, II, 3
Apprécier la multitude des points de contact par lesquels les finances publiques atteignent chaque famille ; ce qui leur fait trouver des juges dans chaque foyer , MOLLIEN , Mém. d'un ministre, t. I, p. 15 Au pluriel, demeure, pays.
Qu'ils tremblent à leur tour pour leurs propres foyers , RAC. , Mithr. III, 1
Rentrer dans ses foyers [retourner dans sa patrie] , LAMOTTE , dans DESFONT
On dit qu'en ses foyers Il recueillit nos frères, Vaincus et prisonniers , BÉRANG. , Exilé.
8Terme de théâtre. La salle commune où se rassemblent les acteurs ; on disait autrefois chauffoir. Le foyer des acteurs.
M. Séguier a dit en plein foyer qu'ils avaient lu la pièce, et qu'ils n'y avaient rien trouvé de répréhensible , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 6 mai 1760 La salle commune où se promènent les spectateurs pendant les entr'actes.
9Terme de physique. Le point de l'axe d'un miroir concave ou d'une lentille biconvexe où se réunissent et s'entre-croisent les rayons lumineux ou caloriques après la réflexion et la réfraction.
Verres lenticulaires, qui rassemblent tous les rayons à leur foyer , VOLT. , Newt. II, 8 D'un court foyer, se dit quand le foyer est placé près de la loupe.
Tandis que je tenais la branche d'une main, je tenais de l'autre une loupe d'un assez court foyer , BONNET , Observ. 37, Insect.
De tant de pouces, de pieds de foyer, se dit pour exprimer la distance qui sépare du miroir, de la lentille, le foyer.
Son maître avait des bassins de fer, dans lesquels il polissait assez bien des verres de six pieds de foyer , FONT. , Hartsoëker.
Foyer photogénique ou chimique, lieu distinct du foyer optique et le plus propre à la production des épreuves photogéniques. Terme de géométrie. Le foyer d'une ellipse, d'une hyperbole, d'une parabole, le point ou les points où se réunissent et d'où partent les rayons vecteurs. L'ellipse a deux foyers dont la propriété est telle que la somme des rayons vecteurs réunis à un même point de la courbe forme une longueur constamment égale au grand axe.
Le soleil étant au foyer des orbes planétaires, il est naturel de la supposer pareillement au foyer des orbes des comètes , LA PLACE , Exp. II, 5
10Dalle qu'on met au devant d'une cheminée pour séparer le plancher de l'âtre. Terme de menuiserie. Bâti qui entoure l'âtre, et dans lequel les feuilles de parquet viennent s'assembler. 11Tapis dont on recouvre la dalle dite foyer. Foyers moquette. 12Chef de l'atelier d'une forge catalane. XIIe s.
Nes estuet [il ne faut pas les] par pechié de la terre esluignier ; Tute lur penitence ferunt lez lur fuier , Th. le mart. 68
XIIIe s.
Où fu prise la char que [je] voi sor cel fouier ? , Ch. d'Ant. VII, 902
XVIe s.
Posons le cas, comme il peut advenir, que le mesentere soit le foyer de la fievre , PARÉ , XX, 18
Un homme sans fouyer vit tousjours en soucy , RONS. , 676
Berry, fouier, foujer ; provenç. foguier, fuguier ; anc. espag. foguero ; du bas-lat. focarium, dérivé du latin focus, foyer (voy. FEU). FOYER. 9Terme de physique. Ajoutez : Le foyer est dit foyer principal, lorsqu'il s'agit de rayons primitivement parallèles. Lorsque le foyer est déterminé par l'intersection des rayons qui viennent effectivement s'entre-croiser, il est dit foyer réel ; si les rayons sont devenus divergents et que le foyer soit déterminé par leurs prolongements géométriques, il est dit foyer virtuel. 13En langage d'archéologie préhistorique, nom donné à des traînées noirâtres qui tranchent nettement sur la couleur du terrain, et qui sont formées d'un mélange de charbon, de terre calcinée et de limon.