FOURRURE

Prononciation : fou-ru-r'
Nature : s. f.

1Peau de certains animaux, plus ou moins précieuse, munie de son poil et préparée, dont on garnit les vêtements pour se garantir du froid.
La fourrure des castors blancs est estimée à cause de sa rareté, et les parfaitement noirs sont presque aussi rares que les blancs , BUFF. , Quadrup. t. III, p. 71, dans POUGENS
Les Français construisirent en 1726, à Niagara, un fort où s'arrêtaient les fourrures, qui, sans cet établissement, auraient été portées à Oswego , RAYNAL , Hist. phil. XVII, 26 Par extension, en parlant d'oiseaux.
Ils [les eiders] ne quittent point le climat glacial, dont leur fourrure épaisse leur permet de braver la rigueur , BUFF. , Ois. t. XVII, p. 164
2Robe garnie de fourrures. La fourrure d'un docteur, d'un président.
Les députés [lapins] retournèrent dire à leurs frères que cet étranger [le chat], si vénérable par sa majestueuse fourrure, était un philosophe , FÉN. , t. XIX, p. 51
Rose en douillette, en fourrure, Ici contre la froidure, Vient m'offrir un doux soutien , BÉRANG. , Hiver. Par extension, la personne même qui porte la robe de fourrure.
Il traite les fourrures [présidents] de bourgeoisie , LA BRUY. , XI
3Terme de blason. Peaux velues qui entrent dans les armoiries ; il y en a deux, l'hermine et le vair. 4Terme de menuiserie. Tringles de bois servant à appuyer le lambris, à remplir un vide, etc. Morceau de bois mince qui sert à caler les pièces de charpente. 5Terme de marine. Morceaux de vieille toile ou de vieux cordages servant à remplir les vides, à garantir du frottement les cordages. Nom donné à certaines garnitures de bois tendres appliquées aux vergues, aux mâts, aux bittes, aux écubiers, etc. 6Morceau ou pièce fausse insérée dans quelque ouvrage ancien. 7Pyramide de chaudrons qui entrent les uns dans les autres. 8Touffes d'herbes que les bestiaux laissent dans les prés parce qu'ils y trouvent des plantes qui leur répugnent. XIIIe s.
Fame n'est pas de peché monde. Qui a sa crine noire ou blonde Selonc nature, Qui i met s'entente et sa cure à ajouster une fourreure Au lonc des treces , Fabliaux mss. n° 7218, f° 237, dans LACURNE
XVe s.
Serons armez [pour un tournois] par nos cousts comme il nous plaira, et aurons targe sans couverture ne fourrure de fer ne d'acier , MONSTREL. , t. I, ch. 8, p. 7, dans LACURNE
XVIe s.
Seront tenus les officiers de nos villes de faire visiter lesdits fagots et laignes, quand ils viendront à vente, pour sçavoir s'il y a fourrure ou autre faute, et proceder sur les delinquans par les peines.... , Coust. génér. t. I, p. 814
Fourrer ; prov. folradura ; anc. espagn. forradura. La fourrure, comme on voit par l'historique, est proprement ce qui enveloppe, et, en se particularisant, la peau velue dont on garnit les vêtements.