FOURRER

Prononciation : fou-ré
Nature : v. a.

1Garnir, doubler de fourrure. Fourrer un manteau d'hermine. 2Terme de monnayage. Couvrir avec des lames d'or et d'argent soudées par les bords un flan qu'on passe ensuite dans les fers pour le monnayer. Fourrer une médaille. 3Terme de construction. Garnir de plâtre et de tuileau le dessous des faîtières pour les affermir. 4Terme de marine.
Envelopper une corde quelconque de bandes de toile goudronnée et de tresses, ou seulement de tours pressés et serrés de bitord ou de fil caret pour la garantir du frottement , JAL , 5Donner avec excès, sans discrétion (comme si on garnissait outre mesure de ce qui enveloppe). Elle lui fourre toujours à manger. Cette mère fourre toujours en cachette de l'argent à son fils. 6Mettre dans un endroit creux, caché (comme qui dirait mettre dans un fourreau). Fourrez cela dans votre poche. Il aura fourré cela dans un coin.
Fourre-lui encore les cinq cents autres guinées dans sa valise , VOLT. , Écoss. V, 1 Fig. Il a bien fourré de la paille dans ses souliers, il s'est beaucoup enrichi. Fig. et populairement. Fourrer tout dans son ventre, dissiper ce qu'on a en bombances.
7Introduire, mettre dans (sens qui dérive du sens précédent). Fourrer son bras dans un trou.
Il laisse fourrer aux grâces Des fleurs sous son capuchon , BÉRANG. , Ermite. Fig. et familièrement. Fourrer son nez où on n'a que faire, se mêler indiscrètement de quelque chose. On dit de même : fourrer son nez partout. Fourrer en prison, emprisonner.
J'ai une aversion mortelle pour la prison ; je suis malade ; un air enfermé m'aurait tué ; on m'aurait peut-être fourré dans un cachot , VOLT. , Lett. d'Argental, avril 1734
Eh bien, monsieur, si vous aviez été ministre à Constantinople, au lieu de l'être à la Haye, vous auriez donc été fourré aux sept tours ? , VOLT. , Lett. Voronzof, 26 fév. 1769
Le clergé, remis en train, En prison pourrait peut-être Fourrer l'auteur du Lutrin , BÉRANG. , Muse en fuite.
Fig. Fourrer dans l'esprit, mettre dans l'esprit.
Le diable lui fourrait dans l'esprit ce qu'il y avait de plus sensible , HAMILT. , Gramm. 3
Qu'on me dise qui diable lui a fourré dans la tête de ne plus vouloir prendre leçon de don Bazile ? , BEAUMARCHAIS , Barb. de Sév. III, 1
Fourrer une chose dans la tête, dans l'esprit de quelqu'un, la lui faire comprendre. On ne peut rien lui fourrer dans la tête. Fourrer dans l'esprit, infatuer d'une chose. Qui a pu lui fourrer cette sotte idée dans l'esprit ? Se fourrer dans la tête, dans l'esprit, s'obstiner, s'infatuer.
Quelle créature il s'était fourrée dans la tête pour en faire sa femme , HAMILT. , Gramm. 9
8Introduire quelqu'un dans une maison, dans une administration, l'engager dans une affaire. On l'a fourré dans les compagnies des chemins de fer.
On aurait beaucoup mieux fait de prendre ce parti que d'aller fourrer mal à propos la fille de M. le duc de Luxembourg dans des querelles de comédie , VOLT. , Lett. Thiriot, 7 juill. 1760
9Insérer, et surtout insérer mal à propos. Il fourre toujours du latin dans ses discours.
Les protestants, qui fourrent partout, si l'on me permet de parler ainsi, leur synecdoche [au sujet de la communion sous les deux espèces] , BOSSUET , Déf. de la trad. sur la communion, II, 33
Que Merlin ne fourre pas mon nom à la bagatelle que je lui ai donnée , VOLT. , Lett. Damilaville, 2 oct. 1767
On m'apprend qu'il a fourré une lettre de moi dans le Mercure ; je ne sais si c'est celle dont je vous parle , VOLT. , Lett. d'Argental, 20 juin 1767
Ce peintre n'a que deux ou trois têtes qui roulent dans la sienne et qu'il fourre partout , DIDER. , Salon de 1767, Oeuv. t. XIV, p. 109
10Se fourrer, v. réfl. Se vêtir de fourrures ou chaudement. Il s'est bien fourré.
Y voit-on des savants en droit, en médecine, Endosser l'écarlate et se fourrer d'hermine ? , BOILEAU , Sat. VIII
11Se mettre, se placer.
Ah ! traître que tu es, où t'es-tu donc allé fourrer ? , MOL. , Avare, II, 1
Plus de place, tout de force et de nécessité ; on se fourrait où on pouvait , SAINT-SIMON , 51, 109
Le diable se fourre partout depuis longtemps , VOLT. , Lett. la Harpe, 25 fév. 1771 Fig. Il cherche quelque trou où se fourrer, se dit d'un homme qui cherche quelque emploi, quelque condition. Il est si honteux qu'il ne sait où se fourrer, ou qu'il se fourrerait dans un trou de souris, se dit d'un homme plein de confusion pour quelque chose qu'il a dit ou fait.
12Fig. S'introduire, s'entremettre.
On s'est imaginé que je me fourrerais étourdiment parmi tout le monde , VOIT. , Lett. 28
Vous êtes un sot de venir vous fourrer où vous n'avez que faire , MOL. , Méd. m. lui, I, 2
Ces gens-là se fourrent partout , HAMILT. , Gramm. 11
Avec ces talents et d'autres plus cachés, utiles à la galanterie, il [la Vauguyon] se fourra chez Mme de Beauvais , SAINT-SIMON , 14, 158
J'avais peine à concilier cette grande simplicité avec le désir et l'art qu'il avait de se fourrer partout, chez les grands, chez les femmes, chez les dévots, chez les philosophes , J. J. ROUSS. , Conf. X
XIIIe s.
L'empereres envoia au soudan por faire pes forrée , Hist. occid. des croisades, t. I, p. 370
Et lor panel tot altresi Estoient de paille fori , Lai du trot
Renart si li forre souvent Autresi con s'il fust à feste , Ren. 3194
Si ot [Vieillesse] d'une chape forrée Abrié et vestu son corps , la Rose, 398
XIVe s.
Fourrer la paume [garnir la main, donner de l'argent] , Ord. des rois de Fr. t. II, p. 225
XVe s.
Je me doute que ce ne fust pais fourrée ou par crainte , VALLET DE VIRIVILLE , Chronique normande, p. 401
... qu'uns homs soit bien vestus et forrés, Et qui sache faire un petit le grant, On ly dira : sires, passez avant, Pour son habit, et c'est ce qui me tue , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 261
Du conseil a chascun s'oppinion ; Tuit dient bien ; mais, quant vient au servir, D'executer nul n'y a vision ; Leur consaulx est de fourrée pelice , EUST. DESCH. , ib. f° 54
Or dea, il ne m'a pas vendu à mon mot, ce a esté au sien : Mais il sera payé au mien, Il luy fault or : on le luy fourre , Patelin
XVIe s.
.... Et des abus dont l'Eglise est fourrée, J'en parlerois, mais garde la bourrée , MAROT , II, 52
Comme on se fourre souvent aux tables ouvertes des grands , MONT. , II, 108
Fourrant sa teste dans un noeud courant , MONT. , III, 152
Luy ayant fourré dans son lict Laïs , MONT. , III, 157
Et de peur que ses freres en montant ne feissent bruit, elle la [l'échelle] couvrit et fourra de laine, premier que de la devaller , AMYOT , Pélop. 65
Il luy fourra le fer de sa javeline par dedans la visiere de son armet, et le tua , AMYOT , Arist. 34
Il desgaina son espée, et se la fourra à soy mesme tout au travers du corps , AMYOT , Anton. 99
Il alloit souvent ouvrir et visiter mes coffres, pour veoir si ma mere y auroit rien fourré de friandise et de superfluité , AMYOT , Alex. 40
On les faisoit souvenir du passé pour fourrer leur esperance de peur , D'AUB. , Hist. III, 59
Autres disoient qu'un serment fourré sentoit l'infidelité , D'AUB. , ib. 123
S'estans transpercez les visages par coups fourrez (comme de ces temps on usoit de ces mots), tous deux tomberent , BRANT. , Mandruzzo.
Tous les auteurs qu'il a leu sont ou schismatiques ou heretiques formels, ou libertins que j'appelle heretiques fourrés , GARASSE , Recherche des recherches, p. 604, dans LACURNE
L'ancien français fuere, qui signifiait fourreau, enveloppe (voy. FOURREAU) ; de sorte que fourrer est proprement garnir d'une enveloppe, d'un fourreau, sens dont on voit de bons exemples à l'historique de fourrure ; puis, comme un fuere ou fourreau est creux, fourrer a pris le sens de mettre dans, faire pénétrer ; au reste ce sens ne paraît qu'au XVIe siècle ; bourguig. forrai ; provenç. folrar ; espag. forrar ; ital. foderare.
Ce mot avait aussi dans l'ancien français le sens de fourrager : Nus marcheans nes [ne les] povoit sivre, ne il ne pooient aler fourrer , VILLEH. , CLXI En ce sens il vient de fuerre, feurre, foare, paille ; aller en feurre, voulait dire fourrager.