FOURMI

Prononciation : four-mi
Nature : s. f.

1Petit insecte hyménoptère qui vit en société sous terre.
Allez à la fourmi, paresseuse que vous êtes, considérez sa conduite, et apprenez à devenir sage , SACI , Bible, Prov. de Salom. VI, 6
La fourmi n'est pas prêteuse, C'est là son moindre défaut , LA FONT. , Fabl. I, 1
Les fourmis passent pour une excellente démocratie ; elle est au-dessus de tous les autres États, puisque tout le monde y est égal et que chaque particulier y travaille pour le bonheur de tous , VOLT. , Dict. phil. Lois
L'on voit dans les pays méridionaux sortir tout à coup du désert des myriades de fourmis, lesquelles, comme un torrent dont la source serait intarissable, arrivent en colonnes pressées, se succèdent, se renouvellent sans cesse, s'emparent de tous les lieux habités, en chassent les animaux et les hommes , BUFF. , Quadrup. t. II, p. 98, dans POUGENS
Chez les fourmis comme chez les abeilles, les guêpes, etc. il y a de trois sortes d'individus, des mâles, des femelles, et des neutres ou des individus privés de sexe , BONNET , Contempl. nat. XI, 22
Les fourmis alimentent leurs petits à la manière des guêpes, en leur dégorgeant la nourriture qu'elles ont elles-mêmes digérée et qui se montre au dehors sous l'aspect d'une liqueur visqueuse ; mais, lorsqu'elles demeurent privées d'aliment, leur affection pour les petits se change en cruauté, et elles les dévorent , BONNET , ib.
La prévoyance des fourmis a été fort célébrée, l'on répète depuis près de trois mille ans qu'elles amassent des provisions pour l'hiver ; qu'elles savent se construire des magasins où elles renferment les grains qu'elles ont recueillis pendant la belle saison ; ils leur seraient très inutiles, ces magasins ; elles dorment tout l'hiver comme les marmottes, les loirs, etc. , ID. , ib.
Certains organes séparent du sang des fourmis un acide très pénétrant, et qui a fait l'objet des recherches d'un habile chimiste , BONNET , ib. t. VIII, p. 117, dans POUGENS Fig.
Les artisans et les marchands, que leur obscurité dérobe à la fureur ambitieuse des grands, sont des fourmis qui se creusent des habitations en silence, tandis que les aigles et les vautours se déchirent , VOLT. , Moeurs, 81
Fig. Se faire plus petit qu'une fourmi, s'abaisser, s'humilier. Avoir des fourmis dans quelque partie du corps, y sentir des picotements.
2Fourmi de visite, nom que les habitants de Paramaribo (Guyane hollandaise) donnent à l'oecodome céphalote ou à grosse tête (hyménoptères), parce qu'elle va parfois en troupe considérable dans les maisons où elle dévore les rats, les souris et tous les insectes, LEGOARANT. 3Oeufs de fourmis ou de fourmi, nom donné improprement aux larves et aux nymphes de la fourmi fauve ; on en nourrit soit les perdreaux, soit les jeunes faisans. Fig. et familièrement. Avoir des oeufs de fourmis sous les pieds, piétiner sans cesser, ne pouvoir rester en place. 4S. f. pl. Petits rochers ou îlots rapprochés qu'on voit le long de certains points de la côte ou sous l'eau. On dit aussi formiques, formigues. On trouve dans la Fontaine fourmis au singulier : Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe, Quand sur l'eau se penchant une fourmis y tombe, Fabl. II, 12. Cette s s'explique ainsi : dans l'ancienne langue, fourmi, étant du masculin, ou ayant une désinence masculine, prenait, au nominatif singulier, une s suivant la règle ; c'est de cet archaïsme qui se trouve dans Amyot (voy. l'historique), que la Fontaine a usé pour son vers. Du temps de Chifflet, Gramm. p. 246, fourmi était des deux genres. XIIIe s.
Dist la fromiz : or chante à mel , MARIE , t. II, 124
....plustost en un tas de paille, Si m'aïst Dieu et Saint Remi, Trouveroit un oef de fremi , la Rose, 14872
Formis est petite chose, mais il est de grant porveance , BRUN. LATINI , Trés. p. 245
XIVe s.
Se fromis abondent en un jardin, et l'en gette en leur repaire de la scieure d'ais de chesne, ils mourront ou vuideront à la premiere pluie qui cherra, car les scieures retiennent la moiteur , Ménagier, II, 2
XVe s.
Qui sur formis Se sera mis S'il est poingt [piqué], n'est pas de merveil , Le blazon des faulces amours, 278, dans LACURNE
XVIe s.
Il veit des fourmis partir de leur fourmilliere, portants le corps d'un fourmi mort , MONT. , II, 179
....Mais de pinser, mordre et serrer, c'est à faire à une formis, ou à une souris , AMYOT , Com. refréner la colère, 21
Je feral ce que dit le florentin : bras de fer, ventre de fourmi, ame de chien, c'est-à-dire pour devenir riche j'endurerai tant de mal que mon corps en pourra porter.... de conscience j'en aurai autant qu'un chien , H. EST. , Apol. d'Herod. p. 47, dans LACURNE
Plus joyeux que fourmis en grain , COTGRAVE ,
Génev. un fourmi ; namur. frimouche, frumouche, froumouche ; wallon, frumihe, froumihe ; Hainaut, fourmisse, fourmiche ; pic. formi, formion ; bourg. fremi ; Berry, fromi, formi ; norm. un fourmi, un fremi ; prov. formiga ; espagn. hormiga ; port. formica ; ital. formica ; du lat. formica, fourmi. Venant de formica, le français devait être fourmie, forme qu'on trouve en effet parmi les autres. Toutefois l'ancienne langue avait fait de ce mot un masculin qui dès lors était correctement écrit fourmi sans e ; mais la nouvelle langue a rompu l'analogie en donnant à ce mot le genre féminin et en lui laissant la forme masculine. On n'a que des conjectures sur formica ; a-t-il des analogies avec le grec, fourmi ; avec le sanscrit vamra, fourmi, proprement celle qui vomit ; avec le latin formus, chaud : la brûlante, à cause de sa piqûre ? FOURMI. - REM. Ajoutez : Vaugelas aussi, Rem. p. 283, éd. in-4, 1704, dit que fourmi est des deux genres ; il préfère le féminin. Malherbe fait fourmi du masculin : S'il était possible que les fourmis eussent l'entendement tel que les hommes, ne feraient-ils pas la même division d'une aire en plusieurs provinces ? Lexique, éd. L. Lalanne.