FOULON

Prononciation : fou-lon
Nature : s. m.

1Artisan, dit aussi foulonnier et moulinier, qui prépare les étoffes de laine en les faisant fouler au moulin. Ses vêtements parurent blancs comme la neige, et d'une blancheur que nul foulon sur la terre ne pourrait jamais égaler, Nouv. Test. St Marc, ch. IX, trad. de Port-Royal, dans RICHELET. Moulin à foulon, moulin qui sert à fouler les draps. Terre à foulon, argile qui sert à dégraisser les draps.
Il [Bomare] ne fait pas une mention particulière de la sorte de terre à foulon dont on se sert en Angleterre pour détacher et même lustrer les draps ; il est défendu d'en exporter, et cette terre est en effet d'une qualité supérieure à toutes celles que l'on emploie en France, où je suis persuadé néanmoins qu'on pourrait en trouver de semblable , BUFF. , Min. t. VII, p. 141, dans POUGENS
Chardon à foulon, voy. CHARDON.
2Grosse espèce de hanneton. En Normandie, frelon. XIIIe s.
Chardon à foulon dont l'en atourne les dras, la charrete doit deux deniers, à asne obole, à col noiant , Liv. des mét. 290
XIVe s.
Que aucuns ne puisse ou doie escurer au foulon aucuns draps à sain [graisse], mais que à la terre et à l'eaue chaude tant seulement , Ord. des rois de Fr. t. III, p. 416
XVe s.
Le comte de Flandre fit decoller mechans gens, tels que foulons et tisserands qui avoient mis à mort ses chevaliers , FROISS. , II, II, 63
XVIe s.
Onques foulon ne caressa charbonnier , LEROUX DE LINCY , t. II, p. 131
Lat. fullo, fullonis, foulon. FOULON. Ajoutez : - REM.
Foulon s'est dit autrefois pour cauchemar : Ce qu'un foulon ou coquemare on nomme, Surprend les yeux au milieu de leur somme , PASSERAT , Élégie d'amour coquemar.