foulee

Prononciation : fou-lée
Nature : s. f.

1Terme de manége. Instant pendant lequel le pied du cheval pose sur le sol, dit autrement appui. Au plur. Terme de chasse. Traces légères que la bête laisse en passant sur l'herbe ou sur les feuilles.
Il suit aucunes fois un cerf par les foulées Dans ces vieilles forêts du peuple reculées , RACAN , Pastorale.
2Terme d'architecture. Dessus de marche. 3Quantité de peaux que l'on pile à la fois. 4Impulsion que l'on donne à chaque fois à un soufflet de forge.
Après avoir laissé le fourneau s'échauffer lentement pendant trois ou quatre jours, en imposant successivement sur le charbon une petite quantité de mine (environ cent livres pesant), on met en jeu les soufflets en ne leur donnant d'abord qu'un mouvement assez lent (de quatre ou cinq foulées par minute) , BUFF. , Min. t. IV, p. 115, dans POUGENS
XVe s.
Les foulées du cerf appelle l'en, quant il marche sur lieu où il ayt trop d'erbe, et on ne peut veoir la fourme du pied, ou quant il marche en autre lieu où il n'a point d'erbes, et pouldre, et dureté de pays, ou fueilles, ou autres choses empeschant de voir la fourme du pié , Chasse de Gaston Phébus, ms. p. 155, dans LACURNE
Foulé. FOULÉE. Ajoutez : 5Terme de turf. Les foulées, les enjambées du cheval. Tel cheval dans ses dernières foulées a pris la tête de la course.