FOSSE

Prononciation : fô-s'. Fosse et grosse sont à peu près les seules exceptions aux finales en osse, qui toutes se pron
Nature : s. f.

1Creux fait dans la terre par la nature ou par la main de l'homme. Fosse large et profonde. Il y a une dangereuse fosse dans la rivière. Fosse à fumier. Faire une fosse pour un arbre.
Daniel fut emmené par le commandement du roi, et ils le jetèrent dans la fosse aux lions , SACI , Bible, Daniel, VI, 16 Terme de chasse. Trou creusé à plomb pour prendre les loups.
2Trou creusé en terre et dans lequel on met les morts.
Je me sens étouffer, je rends l'âme, et ma fosse N'est pas sous Pélion.... , ROTR. , Herc. mour. III, 3
La mort et la corruption, c'est-à-dire l'âge caduc et la décrépite vieillesse qui, courbée par les ans, semble regarder sa fosse , BOSSUET , 2e sermon, Quinquag. 1
Va, reviens m'avertir quand cette cendre aimée Sera prête à tomber dans la fosse enflammée , VOLT. , Olympie, V, 3
Votre tombeau sera pompeux, sans doute ; J'aurai sous l'herbe une fosse à l'écart , BERANG. , à mes amis devenus ministres. Fig. Être sur le bord de sa fosse, avoir un pied dans la fosse, être fort vieux ou dangereusement malade.
Ayant un pied en France et l'autre en Suisse, et les deux sur le bord de la fosse , VOLT. , Lett. la Chalotais, 11 juill. 1762
Fig. Creuser sa fosse, altérer sa santé. Creuser sa fosse avec les dents, mourir d'excès de table. Fig. Mettre les clefs sur la fosse, voy. CLEF n° 1 et l'historique de CLEF.
3Creux que font les vignerons autour des vignes. Creux longitudinal que font les jardiniers pour planter des asperges. 4Terme d'anatomie. Cavité plus ou moins grande, dont l'ouverture est plus large que le fond. Les fosses nasales. 5Basse-fosse, cachot très profond dans une prison.
Ils prirent Jérémie, et ils le jetèrent dans la basse-fosse de Melchias qui était dans le vestibule de la prison , SACI , Bible, Jérémie, XXXVIII, 6 Cul de basse-fosse, voy. CUL, n° 10.
6Fosse d'aisance, excavation voûtée dans laquelle sont reçues les matières des latrines. 7Terme de marine. Fosse aux mâts, réservoir fermé qu'on pratique dans les grands ports pour conserver des mâts d'approvisionnement dans l'eau de la mer. Fosse aux câbles, plate-forme volante sur le premier plan de la cale, vers le mât de misaine, où l'on met les câbles. Dans la partie du faux pont la plus en avant, fosse aux liens, et, par corruption, fosse aux lions, l'endroit où l'on enferme les menues manoeuvres. C'est aussi dans cet endroit qu'on met les jeunes officiers aux arrêts. Fosses sur le fond, se dit d'un endroit de la mer, non loin du rivage, où le fond est plus profond que dans les endroits qui l'environnent. Les navires cherchent les fosses pour y mouiller. 8Fosse aux lions, s'est dit d'une certaine loge d'avant-scène à l'Opéra où se tiennent les lions, les jeunes gens à la mode. 9Creux placé au-devant du balancier dans l'atelier des monnaies. 10Chaudière de grès dans laquelle les plombiers fondent le plomb à mettre en tables. Lavoir dans lequel les fondeurs dépouillent le fond de la couche de sable qui est dans le moule. 11Fosse à chaux, creux carré où l'on conserve la chaux éteinte. 12Cuves enterrées dans lesquelles les tanneurs mettent les cuirs pour les couvrir de tan. Coucher en fosses, disposer les cuirs dans les fosses pour les rendre incorruptibles. 13Poire de fosse, sorte de poire d'un goût sauvage. XIe s.
Enz en la fosse des lions où [Daniel] fut enz , Ch. de Rol. CCXXIV
XIIe s.
Rume [Rome] fu maison Deu : or est fosse à larrun ; Moyses est tut suls el regne Pharaun , Th. le mart. 29
Or s'en issent li Hebreu des fosses où se furent tapi , Rois, p. 46
Teus [tel] fait la fosse e le laz tent, U il meïsmes chet [tombe] e prent , BENOÎT , II, 14898
XIIIe s.
Et se la male mort l'enosse, Bien le convoit jusqu'à la fosse , la Rose, 11454
Li tenu pour cas de crieme soient mis en fosses et en fers , BEAUMANOIR , 41
XIVe s.
Aucun ne peut, et n'est licite, de faire chambres aisées, nommées fosses coies ou latrines, ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison auprès d'un mur mitoien , DU CANGE , fossa.
XVe s.
Deux vieillards sur leur fosse, assis non duement en siege papal, qui pour un seul fut establi de Dieu.... sont tant embrasez de ceste maudite convoitise.... que ils ont plus cher eux damner.... que renoncer à un petit de brief honneur , Boucic. III, 19
Nostre meunier s'avisa de prendre un beau brochet qu'il avoit en sa fosse [vivier], et vint au chasteau , LOUIS XI , Nouv. III
XVIe s.
Quelque basse fousse des prisons , RAB. , Garg. I, 38
En poisson n'y a suite en descendant, mais bien en montant, tant sur terre que jusqu'à la bonde de la fosse du prochain estang , LOYSEL , 216
L'un avoit les pieds tous gastez de gouttes, l'autre la teste toute pleine de trous et de fosses , AMYOT , Caton, 17
Lorsqu'on presse dessus, la fosse demeure sans se relever, comme aux oedemes , PARÉ , X, 15
Nous avons le pied à la fosse, et nos appetits et poursuittes ne font que naistre , MONT. , III, 123
Berry, fousse ; provenç. et ital. fossa ; espagn. fosa ; du lat. fossa, de fossum, supin de fodere, fouir. FOSSE. Ajoutez : 14Dans les chemins de fer, fosse à piquer, fosse au-dessus de laquelle on amène les locomotives, pour piquer dans le foyer avec un ringard, afin de faire tomber les escarbilles. 1Sorte de fosse continue servant soit à l'écoulement des eaux, soit à la séparation de terrains.
Les fossés que Cyrus creusait autour d'elle [Babylone] , BOSSUET , Hist. II, 4
Au milieu de tant de périls [à la bataille de Sénef], il [le fils de Condé] voit ce grand prince [Condé] renversé dans un fossé sous un cheval tout en sang , BOSSUET , Louis de Bourbon. Fig. Le grand fossé, le tombeau.
Qu'ils [nos fils] chantent à perdre haleine Sur le bord du grand fossé , BÉRANG. , J. des morts.
Fig. Faire de la terre le fossé, tirer de la chose même de quoi subvenir aux dépenses nécessaires pour l'agrandir. Se dit plus souvent d'un dissipateur se ruinant par des emprunts successifs dont l'un rembourse l'autre. Fig. et familièrement. Sauter le fossé, se risquer enfin après avoir longtemps hésité, et, plus souvent, faire par nécessité ce qu'on ne voudrait pas faire.
Allons, ferme, monsieur, il faut sauter le fossé , DANCOURT , l'Été des coquettes, sc. 23
2Creux continu servant à la défense d'une place de guerre.
Car par votre vertu les nôtres repoussés Vous laissèrent venir jusqu'aux bords des fossés , MAIRET , Sophon. IV, 1
Après cela, les assiégeants [de la ville de Péronne], ayant encore tenté deux furieux assauts où ils laissèrent leurs échelles et grand nombre de leurs plus braves hommes dans les fossés.... , MÉZERAY , Abrégé de l'hist. de Fr. t. IV, p. 595, Amst. 1688
Ces angles, ces fossés, ces hardis boulevards , VOLT. , Alz. II, 6 Fossé revêtu, celui dont l'escarpe et la contrescarpe sont revêtues d'un mur de maçonnerie en talus.
3Creux pratiqué au fond de la couche de sable du moule à plomb. Au bout du fossé la culbute ; manière de faire entendre qu'on se résout aux conséquences fâcheuses que pourrait avoir une résolution hardie et imprudente (locution figurée pour laquelle il est difficile de trouver le sens physique et propre qui y a donné lieu ; elle semble signifier : quand on arrive au bout du champ où est le fossé, on le rencontre et on y culbute, ou bien bout est pris ici pour l'endroit où le fossé commence). Ce qui tombe dans le fossé est pour le soldat, c'est-à-dire ce qu'on laisse tomber est pour celui qui le ramasse. XIe s.
E Mahomet enz en un fosset [ils] boutent , Ch. de Rol. CLXXXIII
XIIIe s.
Si avint qu'il vit, outre un grant fossé, un fouc [troupe] de paysans armés à la guise dou pays , Chr. de Rains, p. 219
Allons amont, et metons cest fossé que vous veez devant vous, entre nous et eux , JOINV. , 227
De meïsme la terre fait l'en le fossé , Ms. de St Germ. Prov. du vilain, f° 75, dans LACURNE
XVIe s.
De la vente de la graine que cueillés ches vous, en achetés d'estrangere, ce qu'il vous en faut ; ainsi se fait de la terre le fossé , O. DE SERRES , 460
Berry, foussé ; bourguign. foussai ; provenç. fossat ; espagn. fossado ; ital. fossato ; du lat. fossatum, de fossa, fosse. FOSSÉ. Ajoutez : 4Espace vide ménagé dans la mécanique à tulle. Dans le proverbe : au bout du fossé la culbute, nous avons remarqué qu'il était difficile de comprendre le sens physique de la locution. Dans l'exemple suivant, l'écrivain l'a conçue, comme représentant une pente au bout de laquelle on rencontre le fossé et la culbute.
Arrêter une administration qui a pris le mors aux dents et qui court sur une pente au bout de laquelle peut être le fossé, est une bonne et utile besogne , le Courrier du dimanche, 9 juillet 1865, p. 3, 4e col. Cet exemple est trop récent pour rien prouver au sujet de l'origine de la locution. Pourtant il est possible qu'elle ait été d'abord : au bout le fossé et la culbute. Cela se comprend et aurait été altéré d'une manière peu intelligible. De telles altérations surviennent parfois dans les locutions proverbiales.