FORUM

Prononciation : fo-rom'
Nature : s. m.

1Terme d'antiquité romaine. Place où se tenait quelque marché.
Les forum, les palais s'écroulent, Le temps les ronge avec mépris, Le pied des passants qui les foulent Écarte au hasard leurs débris , LAMART. , Harm. I, 8 Il se dit aussi des places où se tenaient les foires dans les villes dépendantes de l'empire romain.
2Particulièrement. Place où le peuple romain discutait les affaires publiques.
Tout s'achète : au Forum on trafique des voix, On marchande l'honneur de triompher des rois , LAFOSSE , Marius à Mint. III, 6
Je m'ennuie au Forum, je m'ennuie aux arènes , V. HUGO , Odes, IV, 8
Ce n'est pas la faute des antiquaires si nous n'éprouvons point à le [le Forum] reconnaître autant d'embarras qu'à discerner la vraie place de la roche Tarpéienne et du Capitole ; ils ont voulu déplacer le Forum, au lieu de le mettre où est le Campo vaccino, le transporter à droite dans la rue des Fenili, et, au lieu de le laisser aller de l'ouest à l'est, le placer en travers du nord au sud , AMPÈRE , Hist. rom. à Rome, IIe part. 2
C'est par elles [les lettres privées], quand le Forum était muet, comme au temps de César, qu'on s'efforçait de former une sorte d'opinion commune dans un public restreint , BOISSIER , Revue des Deux-Mondes, avr. 1865, p. 990 En cet emploi on met une F majuscule.
3Fig. Les lieux où se discutent les affaires publiques.
Si du forum les fougueuses cabales Ou du sénat les discordes fatales.... , DELILLE , Convers. Prolog.
L'intelligence des passions violentes lui manque [à l'historien qui n'est qu'homme de lettres] ; comment, d'un cabinet ou d'une académie, entendrait-il les cris d'un forum ? , VILLEM. , Littér. franç. XVIIIe siècle, 2e part. 4e leç. En cet emploi on ne met pas de majuscule. Au plur. Des forum.
Lat. forum, marché, place publique (voy. FOR).