FORTIFICATION

Prononciation : for-ti-fi-ka-sion ; en vers, de six syllabes
Nature : s. f.

1Action de fortifier une place, un poste. On travaille à la fortification de cette place. 2L'art de fortifier. Cet ingénieur entend bien la fortification. Il se dit en ce sens au pluriel. Étudier les fortifications, s'entendre aux fortifications. 3Ouvrage de défense, ou ensemble des ouvrages, revêtus ou non de maçonnerie, qu'on élève autour d'une ville pour la défendre contre les entreprises de l'ennemi.
Ils se persuadaient que des fortifications faites par la nature même étaient beaucoup plus sûres que celles de l'art , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. XI, 2e part. p. 414, dans POUGENS.
Les villes chinoises n'ont jamais eu d'autres fortifications que celles que le bon sens inspirait à toutes les nations avant l'usage de l'artillerie : un fossé, un rempart, une forte muraille et des tours , VOLT. , Moeurs, 1 En ce sens il se dit surtout au pluriel.
XVe s.
Quand les Angloys du marché virent La grant fortificacion, La place sans assaut rendirent , Vig. de Charles VII, p. 167, dans LACURNE
[Les Anglais] Se sont fiez totallement En leur fortiffication , Myst. du siége d'Orléans, p. 475
XVIe s.
On enseigneroit les mathematiques, la geographie, la fortification, et quelques langues vulgaires , LANOUE , 127
Si pour fortification ou plus grande seureté desdits associez se fait quelque convention , D'AUB. , Hist. II, 229
Les trenchées et fortifications du camp , AMYOT , Arist. 39
Lat. fortificationem, de fortificare, fortifier.