FORER

Prononciation : fo-ré
Nature : v. a.

Faire un trou, percer, à l'aide d'engins mus par un mécanisme. Forer une clef, un canon. Forer un puits artésien.
Si l'on conserve l'usage de forer les canons et qu'on les coule de bonne fonte dure, il faudra en revenir aux machines à forer de M. le marquis de Montalembert, celles de M. Maritz n'étant bonnes que pour le bronze ou la fonte de fer tendre , BUFF. , Hist. min. t. VIII, 147, dans POUGENS
XIVe s.
Si par froissure sang noir mort estoit desoubz l'ongle, on doit forer l'ongle doulcement , BERNARD DE GORDON , Traduction, I, 27
XVe s.
Nul serrurier ne pourra faire serrures dont les clefs en soient foirées ne creuses, si la broche n'est rivée à deux rivectz en couverture , Ordonn. août 1489
Provenç. forar ; portug. furar ; ital. forare, du latin forare, percer ; comp. l'allemand bohren, percer ; anc. h. allem. poran, etc.
On trouve le composé trefforer : Mes mains et mes piés [ils] trefforerent , Psaumes en vers, dans Liber psalm. p. 275