FORCLORE

Prononciation : for-klo-r'
Nature : v. a.

Il se conjugue comme clore, et est usité surtout au présent de l'infinitif et au participe passé. En termes de pratique, exclure de faire quelque production en justice, après certains délais passés. Il s'est laissé forclore. Forclore quelqu'un de produire. Le sens propre et primitif est exclure. XIIIe s.
Mes l'esperance m'est forclose , la Rose, 21154
XVe s.
Et ses compagnons qui hors estoient forclos [du château], presque tous morts , FROISS. , I, I, 149
Plaisance s'est de moy partie, Qui m'a de liesse forclos, N'en parlez plus.... , CH. D'ORL. , la Despartie d'Amours en balade.
XVIe s.
Faible, failli, foulé, fasché, forclus , MAROT , II, 12
Il [Dieu] n'a forclos la voye à salut à aucun estat , CALV. , Inst. 787
Après plusieurs disputes, les deux religions, tout autre forclose, demeurerent establies [en Allemagne] , D'AUB. , Hist. I, 22
Qu'il n'estoit raisonnable qu'en forcluant le plus aagé, il baillast un tel estat au plus jeune , M. DU BELLAY , 245
Conviant, par maniere de dire, les personnes dignes à ce, dont il forclost les indignes , AMYOT , Solon, 2
Anc. franc. fors, hors (voy. FORS), et clore.